• dimanche 08 décembre 2019 10 h 18

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Actualités

27 juin 2012 16 h 50

Un forum international d’architecture en Gaspésie

Gaspé et Percé accueilleront le Forum international d’architecture vernaculaire, du 4 au 8 juin 2013. Les organisateurs attendent environ 220 participants, qui découvriront le patrimoine bâti populaire de la pointe gaspésienne.

Chaque année depuis 30 ans, ce forum rassemble des professionnels et des amateurs d’architecture nord-américains, qu’ils soient historiens, architectes, muséologues ou ethnologues. L’événement se tiendra au Canada pour la deuxième fois, après Ottawa en 1995. Le dernier forum était à Madison, au Wisconsin, et le précédent, en Jamaïque.

L’architecture du peuple

L’architecture vernaculaire réfère au «patrimoine domestique», par opposition à la «grande architecture» et à celle des «maisons de riches», explique Jean-Marie Fallu, président de Patrimoine Gaspésie.

«Dans le grand Gaspé, on a classé le Manoir LeBoutillier, on reconnaît la Maison Wakeham, mais qui va s’intéresser à des vieilles granges ou à des maisons plus ordinaires?», illustre M. Fallu.

Maisons gaspésiennes sous la loupe

Patrimoine Gaspésie organise le Forum en collaboration avec la Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti de l’Université Laval.

Les participants feront la tournée des villages du grand Gaspé et du grand Percé. Ils visiteront notamment de la cave au grenier la maison aux Lilas de L’Anse-au-Griffon, la Maison Le Page de Bougainville et la maison LeGros de Pointe-St-Pierre. Ils rencontreront des gens du cru et goûteront des mets du terroir.

Les congressistes tiendront aussi une journée d’étude pour échanger avec les responsables du patrimoine de la région.

À l’origine : un cours d’été

Depuis 2007, Tania Martin, professeur à l’Université Laval, dirige un cours d’été à Percé et Gaspé où ses étudiants documentent l’architecture et l’histoire des bâtiments du secteur.

Leur travail et celui de l’année à venir servira à préparer des livrets à l’intention des participants au forum. «On voit ça comme un catalyseur, indique Mme Martin. Le projet ultérieur, c’est de se servir de la documentation pour faire un livret par village.»

Pourquoi en Gaspésie?

Mme Martin est membre depuis 1994 de l’organisme américain Vernacular Architecture Forum (VAF), qui chapeaute le forum. «Le VAF m’a aidée à mettre le cours d’été sur pied, et m’a suivie depuis 2007», explique-t-elle.

Si le Forum se tient en Gaspésie, c’est aussi que son patrimoine vaut le déplacement. «Chaque vague de peuplement a laissé sa trace», rappelle Mme Martin.

Les participants passeront cinq jours à Gaspé en période de basse saison touristique. Le forum coûtera 400 000 $, et les organisateurs espèrent obtenir 175 000 $ en subventions. Ils estiment les retombées à 250 000 $.