• mardi 10 décembre 2019 02 h 39

  • Météo

    7°C

  • Marées

Blogue citoyen

Société
5 décembre 2016 10 h 05

L’ARBRE DE NOËL

Les hivers et les étés se succédant, j’ai eu vite fait d’oublier cet arbre de Noël qui, jusque là, n’avait rien de particulier digne de s’imprimer dans ma mémoire. Or, un hiver, faisant une marche en raquettes et passant à l’endroits où j’allais jadis cueillir mon arbre de Noël, quelle ne fut pas ma surprise et mon émerveillement lorsque je vis sur le tronc d’un sapin coupé, de toute évidence, depuis quelques années, un nouvel arbre prendre forme. C’est alors que je me suis souvenu de l’arbre que j’avais coupé à cet endroit il y avait près de dix ans. Ainsi, il apparaissait clair qu’une des branches laissées sur la base de l’arbre et qui en avait canalisé toute l’énergie s’était transformée en un nouvel arbre.

Après cette découverte, il ne se passait pas une année sans que j’aille faire une visite à mon arbre de Noël. C’est ainsi, que j’ai pu observer comment il avait cicatrisé sa blessure , jusqu’à ne laisser presque plus rien paraître. Le lieu de la coupe s’était vite enveloppé d’écorce résineuse et on ne pouvait le repérer que grâce à la déviation qu’avait dû effectuer la branche pour reprendre le chemin de la lumière. Ainsi, plus le temps passait, presque plus rien ne laissait voir qu’un jour cet arbre avait été abattu. Ce n’est que parce que je connaissais son histoire et que je le visitais régulièrement que je pouvais , en observant bien, encore deviner le lieu de sa blessure de jadis.

L’été dernier, cinquante ans après avoir coupé mon arbre de Noël, je n’ai pu retrouver celui qui en avait pris la relève et que j’avais visité tant de fois. J’ai bien pensé un instant que je m’étais trompé d’endroit, mais non, j’ai vite compris qu’il avait été abattu…, pour une deuxième fois. Je n’ai trouvé que la souche. Elle faisait bien 35 cm de diamètre. Les propriétaires du terrain l’avaient sans doute récupéré pour le convertir en bois de construction ou encore pour chauffer le poêle près de l’arbre… à Noël: c’est ce que je me plais à penser.

C’est peut-être ça au fond, l’espoir : cet acharnement à vivre, à s’accrocher à la souche ( ou à la source ) pour vivre encore et encore… C’est la leçon que je tire de cet arbre de Noël de mon enfance.