• samedi 07 décembre 2019 19 h 36

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Blogue citoyen

3 avril 2015 11 h 56

LE CRI DES ORIGINES

Partager

| SAINTE-HYACINTHE - Originaire d’un petit coin de pays en Gaspésie, j’habite désormais la grande région montérégienne. C’est par choix que j’ai quitté la Gaspésie. Souhaitant développer mon art, terminer mes études et poursuivre la quête de mes projets d’entreprises, mon exil ne s’est pas fait sans heurts.

Même sans regrets, je m’ennuie de « MA » mer. De sa couleur, de son parfum si particulier et pour toutes ces fois où mon regard s’est perdu dans l’horizon. Cependant, un choix s’est imposé comme pour bien d’autres gaspésiens à travers le temps, et même loin de mon pays, j’aime crier haut et fort mes origines, simplement parce que la Gaspésie m’habite.

Être gaspésienne en ville, c’est être confrontée aux préjugés d’un Québec qui ne connaît la Gaspésie qu’à travers le trou du Rocher-Percé et de la situation socio-économique précaire dépeinte dans les médias.

Et pourtant… La Gaspésie, c’est aussi la chaleur des gens qui l’habitent, la beauté des paysages reconnue dans le célèbre National Geographic, une solidarité devant l’adversité et un rythme plus léger, où rien n’est jamais trop compliqué…

La perception des choses ne  dépend que des yeux qui regardent!
Mais, le regard doit être éduqué pour lui permettre de découvrir toutes les merveilles que la Gaspésie a à offrir.

C’est donc à travers mes lunettes bleu-turquoise teintées de rose et de noir, que vous pourrez suivre, le premier vendredi de chaque mois sur GRAFFICI.CA, les aventures d’une gaspésienne en exil qui se souvient de ses origines et qui rêve du jour où la Gaspésie et la valeur qui l’habite sera reconnue à juste titre !  

Je m’ennuie de la mer !  

-30-

NOTE SUR L’AUTEURE
Andréanne Rioux est une artiste multidisciplinaire originaire de Chandler en Gaspésie. Elle détient un baccalauréat en arts, psychologie, travail social et communication. Spécialisée en art-thérapie à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, son art parle de l’univers psychodynamique qui l’habite à travers un langage symbolique, propre et subjectif. Cumulant plusieurs expositions collectives et symposiums en Gaspésie, en Estrie et en Montérégie, elle souhaite devenir artiste professionnelle et s’affirmer en tant que relève artistique gaspésienne. De par sa formation, elle propose maintenant des ateliers de création au centre-ville de Saint-Hyacinthe, offre de la formation en professionnalisation d’artiste et agit en tant qu’agent de développement socio-culturel.

 

NOTE DE LA RÉDACTION

Les blogueurs sur GRAFFICI.CA ne sont pas à l’emploi de l’entreprise. Ils ont tous accepté de s’engager, bénévolement, pour apporter une diversité de point de vue dans notre média. Les opinions véhiculées dans ces textes n’engagent que leur signataire. Il en va de même pour les lettres ouvertes.