• dimanche 08 décembre 2019 16 h 16

  • Météo

    -5°C

  • Marées

Blogue citoyen

Société
30 avril 2015 14 h 27

LE LONG CONVOI

Aux îles, nous sommes desservis par deux compagnies aériennes et une entreprise de transport maritime. La semaine passée, Pascan aviation a annoncé une réduction de moitié de ses vols desservant l’archipel. Trois jours plus tôt, la compagnie de transport maritime CTMA décrétait un lock out. Le lock-out est non-traditionnel car la CTMA accepte que ses employés se présentent au travail malgré le conflit. Le lock-out  est tout de même inquiétant car, bien que les bateaux naviguent toujours, l’administration qui chapeaute ceux-ci est menacée publiquement par le syndicat de la partie opposée de poursuite judiciaire, si elle propose plus que 3 voyages par semaine en période de litige. En haute saison, habituellement, ce sont 22 traverses hebdomadaires qui sont proposées.

En tant que simple citoyen, on se demande s’il sera possible de sortir des îles facilement et  s’il sera possible ensuite de rentrer chez-nous aussi facilement. Les croisiéristes de l’été ont réservé leur billet Montréal-Cap-aux-Meules depuis le mois de novembre. Les épiceries ne pourront pas se permettre de manquer de fruits frais en plein mois de juillet. Les usines doivent faire sortir le homard vendu. Les hôtels doivent faire entrer leur clientèle. Les marchands doivent faire rouler leurs marchandises. La parenté, qui revient chaque année, doit-elle être priorisée? Les musiciens, qui ont ajouté l’escale «  les îles » à leur planning de tournée, doivent aussi pouvoir rentrer… Qui passera en premier?

La facilité de transport aux îles n’a jamais été acquise. Mais manquer le bateau en plein été peut faire mal. Les industries de la pêche et du tourisme dépendent de la ponctualité et de la fidélité du transport maritime. Les autres entreprises dépendent de la prospérité de la pêche et du tourisme. En hiver, lorsqu’on perd de vue l’horizon, les îles avoisinantes et le décor en entier, on nous propose un convoi si la route est ouverte. Les voitures font alors la file indienne et suivent sagement la charrue à la queue leu-leu. Cet été, qui nous ouvrira le chemin?