• dimanche 15 décembre 2019 20 h 50

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Blogue citoyen

Sports et loisirs
31 octobre 2019 14 h 13

Le tour de la Gaspésie en vélo… adapté!

Eve Bourret

Unité régionale loisir et sport

Partager

| Faire le tour de la Gaspésie à vélo. Ce projet, presque mythique, figure sans aucun doute sur la«bucket list»de plusieurs adeptes de plein air. D’autres peuvent même se vanter d’avoir déjà réalisé cet exploit. Or, bien peu pourront dire qu’ils l’ont fait en vélo adapté, portant dans leurs bagages un handicap physique. Patrick Beckrich et Luce Thériault, eux, l’ont fait et pour une bonne cause en plus! Portrait de Gaspésiens inspirants.

C’est en mars dernier que le projet prend forme. Administrateur depuis plusieurs années sur le conseil d’administration d’Accès-Cycle, Patrick se rend comme à l’habitude en vélo adapté à la réunion du comité qui a lieu dans les bureaux de l’URLS GIM. Luce Thériault, elle aussi administratrice d’Accès-Cycle et conseillère en loisir à l’URLS GIM, lui fait alors part de son idée. La Vignette d’accompagnement touristique et de loisir a changé de nom et il faudrait en faire la promotion auprès des associations de personnes handicapées de la région, notamment en Gaspésie. Pourquoi ne pas leur rendre visite…à vélo? Patrick n’hésite pas une seconde. Faire du vélo, c’est bien, mais avec un objectif, c’est mieux!

Il faut dire que Patrick avait déjà beaucoup d’expérience derrière le guidon. Depuis qu’il a 8 ans, ce mordu de vélo a toujours fait du sport. Celui-ci estime à 5 000 le nombre de kilomètres parcourus chaque année avec son vélo adapté. Dans les dernières années, il a pédalé le Nouveau-Brunswick, les Îles-de-la-Madeleine, l’Île-du-Prince-Édouard… Cette fois-ci, l’idée d’aller à la rencontre des gens l’emballe encore plus.

C’est ainsi que Luce et Patrick donnent leur premier coup de pédale le 28 juin dernier à Matapédia. Durant 10 jours et 600 km, ils informeront les associations, mais aussi les passants curieux de voir ce vélo à trois roues déambuler sur l’accotement de la 132.  Que ce soit l’engagement important de leur famille respective dans le projet, d’avoir pédalé quelques jours avec Martin Zibeau, un autre cycliste inspirant, ou encore d’avoir été accueillis sous les encouragements des différentes associations de personnes handicapées, Patrick et Luce soulignent sans hésiter que les expériences humaines ont été l’aspect le plus marquant de leur voyage.

Or, comme le conclut Patrick humblement, l’objectif premier n’en était pas un de réalisation personnelle. L’objectif était d’aller à la rencontre des gens et de faire la promotion de la Carte accompagnement loisir. Ce que les deux acolytes aimeraient que les gens retiennent de cette histoire? Que faire du vélo, c’est accessible à tout le monde!