• samedi 07 décembre 2019 13 h 43

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Blogue citoyen

6 novembre 2015 17 h 25

M. COUILLARD, VOUS N’AVEZ PAS MON AUTORISATION

Partager

Je me présente. Mon nom est Martin Zibeau. Je suis né au Québec en 1968. Père de deux enfants de 5 et 7 ans, j’habite la circonscription de Bonaventure, en Gaspésie.

Pour être clair, ce n’est pas seulement l’expression d’un désaccord théorique que j’aimerais exprimer. En tant que citoyen du Québec, je ne vous permets pas, ne vous donne pas mon accord, ni pour effectuer cette transaction avec Bombardier, ni pour explorer les possibilités de privatisations mentionnées plus haut.

Bien sûr, même si cette lettre se rendait jusqu’à vous, je n’imagine pas que vous en teniez compte. Les 2 et 3 novembre, 1/3 des 4000 organismes communautaires du Québec étaient fermés, parce qu’ils ne se sentent pas écoutés par vous. Vous comprendrez que je n’ai pas beaucoup d’espoir d’avoir votre attention. Et ce n’est peut-être pas tant par vous que je souhaite être entendu au final, en tout cas pas seulement.

Pour que mon désaccord soit bien ancré dans une réalité que vous pourriez comprendre, j’ai cherché un moyen de ne pas participer financièrement à votre « projet de société ». Mes moyens ne me permettant pas d’accéder aux paradis fiscaux, je me suis réfugié sous le seuil de la pauvreté. Je vous indique donc que je ne paierai pas d’impôt cette année. Pas par le biais d’une quelconque désobéissance civile, mais tout à fait légalement (peut-être inspiré par vos pratiques), en faisant une retenue à la source. Je ne paierai pas d’impôt cette année parce que j’ai décidé consciemment de ne pas faire assez d’argent pour avoir à contribuer financièrement à votre agenda partisan. Mon seul luxe sera de savoir que je ne vous donnerai pas un seul dollar à redonner à vos amis. Je n’encourage évidemment personne à faire de même, mais si d’autres citoyens et citoyennes se sentaient inspirées par des façons de se réapproprier un pouvoir qu’une minorité seulement d’entre nous vous avons consenti, ce sera toujours ça.

Vous avez peut-être aussi entendu parler du demi. Macleans, France info, Radio Canada et Radio X  en ont en autres glissé un mot dernièrement… Si le sujet vous intéresse, vous n’avez qu’à cliquer sur le nom desdits médias ci-haut.

Le demi, c’est une autre façon proposée et légale de reprendre, en tant que citoyen et citoyenne, un peu de pouvoir (en tout cas aussi légale et probablement plus éthique, qu’investir aux Îles Jersey). Si chaque citoyen et citoyenne devenait sa propre banque, auraient-ils droit à un peu plus de respect de votre part?

Je vous partage ces quelques actions parmi d’autres sur lesquelles j’investis mon temps parce que je crois important de vous rappeler et de NOUS rappeler, qu’au final vous auriez dû être élu pour être le représentant de la population. Que même si le système archaïque et désuet qui vous a permis de « prendre » le pouvoir ne nous permet pas de vous destituer légalement, il existe quand même des moyens légaux et pacifiques pour les gens qui le désirent vraiment de s’organiser avant que vous ne nous ayez complètement désorganisés.

Vous aurez peut-être remarqué que je ne vous invite pas à revoir vos positions. Vos positions sont claires et vous nous avez déjà démontré, depuis le début de votre mandat, que vous n’avez pas l’intention de fléchir et que si vos babines nourries par votre pléthore de « spin doctors » se font aller à intervalles savamment calculés, vos bottines de luxe sont rarement au rendez-vous, à moins que ce ne soit un rendez-vous partisan.

Dans la mesure de mes moyens, je m’investirai donc dans le développement de ma communauté en lui donnant mon temps. Et si je n’ai aucun moyen de vous empêcher de piger à votre convenance dans les coffres du Trésor québécois, je vous assure que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour légalement ne pas y contribuer tout en m’investissant concrètement au quotidien à l’amélioration de la qualité de vie de ma famille et des gens qui nous entourent.

Vous détenez, pour le moment en tout cas, les cordons d’une bourse collective importante. Mais vous n’avez que très peu de contrôle sur les canaux qui ont rempli cette bourse qui, à mon avis, n’est plus entre bonnes mains.

Vous n’avez jamais eu ma confiance sur la saine gestion de nos ressources collectives, mais je ne vous l’avais pas encore signifié officiellement. Je le fais maintenant. Par cette lettre, je vous signifie clairement et ouvertement mon intention de ne pas me mettre à genoux devant votre arrogance face à la dignité des gens qui travaillent, qui ont travaillé et qui travailleront pour l’intérêt de l’ensemble de la population du Québec.