• samedi 14 décembre 2019 18 h 19

  • Météo

    0°C

  • Marées

Blogue citoyen

Société
29 mai 2015 14 h 05

SÉCESSION

Bilbo Cyr

Blogueur

Partager

« Tous les animaux sont égaux,
Mais certains sont plus égaux que d’autres. »
Orwell, il avait de la vision. Juste un peu après la deuxième guerre, il voyait bien où ça s’en allait. Il serait surement maintenant déçu de voir qu’on y est.

Le faux est standard. Les poules pondent leur quota.
Big Brother réécris l’histoire. On gobe du soma, et du whisky de la victoire.
La transparence paye la note quand c’est trop cher la shot…
Le ministère de la vérité dispense ses largesses « euphémisantes »
Et les « newspimps » font tourner la « strap » dans la poulie grinçante :
« Oyez! Braves gens, le bien fondé de vos tourments. Sacrifiez-vous. Faites votre part.  Demain fleurira assurément. Ce sera toujours le printemps et nous serons toujours des enfants. Grâce à sa technologie de pointe, cette guillotine neuve coupe les cous d’un seul coup. Faites la file pour remplir la carte de débiles. Marchez sous les étendards standards».

On obtempère
On s’unit pour se taire et laisser faire
On suit et on essuie le sang et la suie derrière
Du revers du suaire, on torche le verre
Avant de boire à la rivière
Une eau noire amère
Ce n’est pas du café ou du jus de potirons
C’est le fiel et la bave des avaleurs de nations
Merci patrons! J’espère que nous nous souviendrons
Des promesses d’hier, des vendeurs de fer
Bien cachés derrière, un mur de carton
Mais aussi chaque soir et chaque matin
D’entretenir l’espoir et de semer à deux mains
De soigner la mémoire et partager le pain
En guise d’épilogue, j’ajouterai seulement…
Que souffle à démâter le vent du changement

J’ai vu vaciller le titan
De la rivière du loup souriant
Aux Iles du golfe Saint-Laurent
La brise finira bien par sécher nos tourments
Mon pays écartelé entre les vendeurs et les arrivistes
Épuisé de l’arrogance et du silence face à ses doléances
Retire son jonc de barbelé
Songe à faire sécession et pied de nez
Je ne parle pas la d’une « Pickupisation » massive…
Mais d’une Gaspésie belle, rebelle et insoumise.