• vendredi 06 décembre 2019 15 h 46

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

24 avril 2012 9 h 57

Air Gaspésie: retour des vols nolisés à Gaspé

Un nouveau transporteur, Air Gaspésie, offrira des vols nolisés à partir de juin. L’entreprise basée à Gaspé sera la seule du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie à vendre ce type de service.

Dans le hangar de tôle qui fait face à l’aéroport de Gaspé, François Guimont, le président d’Air Gaspésie, bichonne ses deux Cessna de quatre et six places. «J’ai toujours rêvé d’avoir ma propre compagnie, et j’ai vu qu’il y avait un besoin ici», dit le pilote-entrepreneur, installé à Gaspé depuis un an.

Avec l’achat récent d’un Navajo Chieftain 10 places, l’investissement dans Air Gaspésie a dépassé le million de dollars. L’entreprise embauchera six personnes, dont trois pilotes.

Un «taxi aérien»

«Air Gaspésie sera un taxi aérien, sans horaire fixe, avec des vols sur mesure, explique M. Guimont. [En Gaspésie], pour des vols de région à région à prix abordable, il n’y a rien», ajoute-t-il.

Les entreprises de vols nolisés les plus proches se trouvent à Québec et Sept-Îles. Ils desservent Gaspé, mais doivent inclure dans leurs coûts les frais pour amener l’avion jusqu’au bout de la péninsule.

Quant aux vols quotidiens d’Air Canada Jazz, ils décollent de Gaspé vers Québec ou les Îles-de-la-Madeleine. Pour se rendre sur la Côte-Nord avec Air Canada, un Gaspésien doit donc obligatoirement passer par Québec.

Touristes et Plan Nord

M. Guimont compte sur la clientèle des travailleurs attirés vers la Côte-Nord par l’essor des mines, et sur les chasseurs et pêcheurs adeptes de l’île d’Anticosti.

Il offrira aux touristes, notamment aux croisiéristes, des tours d’avion pour voir du ciel le rocher Percé et le parc Forillon. «On pense aussi que pour des groupes qui vont aux Îles-de-la-Madeleine, ce sera plus avantageux de prendre un vol nolisé qu’un vol régulier», ajoute le président.

Un pionnier aux opérations

M. Guimont a trouvé un allié inespéré dans le grand-père de sa conjointe, Michel Pouliot, 81 ans. Ce pionnier de l’aviation, dont l’aéroport de Gaspé porte le nom, reprend du service comme directeur des opérations d’Air Gaspésie. Audrey Morissette, la petite-fille de M. Pouliot, sera directrice de l’administration et du marketing.

Les activités des Ailes de Gaspé, la dernière entreprise à offrir des vols nolisés, ont pris fin en septembre 2003, à la mort du pilote Marc Bouchard dans un écrasement d’avion.

Le projet du CLD reste pertinent

Par ailleurs, le Centre local de développement (CLD) de la Côte-de-Gaspé espère toujours doter Gaspé d’un transporteur régional pour offrir des vols réguliers à prix moindre qu’Air Canada Jazz.

«Ce sera complémentaire au projet d’Air Gaspésie», affirme Bruno Bernatchez, directeur général adjoint du CLD. Un consultant externe déposera un rapport sur le projet d’ici le début de l’été.