• dimanche 15 décembre 2019 07 h 55

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

28 novembre 2013 12 h 30

Après l’éolien, l’hydrolien

NEW CARLISLE — Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, espère que les recherches en matière d'énergie hydrolienne aient éventuellement un impact en Gaspésie.

Québec a récemment annoncé un appui de 85 M$ à la filière hydrolienne. Cette aide vise à soutenir le développement d’un projet de parc hydrolien de démonstration dans le fleuve Saint-Laurent. D’abord, le soutien gouvernemental permettra d’installer six turbines hydroliennes d’une capacité de 0,75 mégawatt (MW) près du pont de la Concorde à Montréal. Ces dernières serviront à analyser la technologie utilisée. Par la suite, en 2016, un parc de démonstration de 40 hydroliennes d’une capacité de neuf MW sera installé au même endroit.

 

L’énergie hydrolienne est produite à partir d’une turbine placée dans un cours d’eau. Le courant, ou les marées l’a fait tourner, générant ainsi de l’électricité. 

 

Le projet devrait permettre la création de 75 emplois chez RER Hydro, principalement dans son usine de Bécancour, où les 46 turbines seront fabriquées.

 

Le gouvernement souhaite ainsi que ces recherches aident à la commercialisation de cette filière à l’échelle internationale et fasse du Québec un leader en matière de fabrication. À terme, si la technologie fonctionne, l’usine de Bécancour pourrait fabriquer 500 turbines par année, espère le gouvernement Marois.

 

Bien que cette annonce concerne la vallée du Saint-Laurent et que le projet de RER Hydro ne prévoit pas pour le moment la construction d’hydrolienne en mer, le député Sylvain Roy estime possible que la Gaspésie puisse en tirer profit indirectement à long terme.

 

« L’expertise de l’éolien développée en Gaspésie va peut-être servir à l’hydrolien. On est dans le même terrain de jeu. Tout est possible », souligne-t-il, ajoutant cependant qu’il « n’est pas prêt à dire » que des composantes pourraient être construites dans la région. 

 

M. Roy ajoute que l’énergie hydrolienne est complémentaire à l’éolien et à l’hydro-électricité. Selon lui, l’appui envers cette filière démontre la « volonté » gouvernementale de soutenir l’économie verte.