• dimanche 15 décembre 2019 20 h 52

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Actualités

20 mai 2014 14 h 39

Cimenterie : confusion au gouvernement

QUÉBEC - Il semble qu'au premier jour des travaux sur le site de la cimenterie de Port-Daniel, une certaine confusion règne au gouvernement sur le sort qui attend le projet.

Selon ce que rapporte la Presse Canadienne, pendant que le ministre des Finances, Carlos Leitao, préfère attendre la révision du plan d’affaires avant de se prononcer, son collègue de l’Environnement, David Heurtel, assure que le gouvernement libéral donnera le feu vert.

En janvier dernier, le gouvernement péquiste a consenti un prêt garanti d’environ 250 M$ pour le projet du promoteur Ciment McInnis, dirigé par Laurent Beaudoin, du géant Bombardier. À cela s’ajoutent l’injection de 100 M$ d’Investissement Québec et un apport d’une centaine de millions de dollars de la Caisse de dépôt et placement.

Le projet, dont la valeur est estimée à 1 milliard $, doit créer environ 400 emplois au terme de la phase de construction qui débutait ce matin.

En point de presse mardi à l’entrée d’une réunion du caucus libéral, la Presse Canadienne rapporte que le ministre Leitao n’a pas voulu se commettre. Il aurait indiqué que le gouvernement avait demandé à revoir le plan d’affaires du projet et qu’il fera connaître sa décision par la suite.

Quant à lui, le ministre Heurtel aurait été plus catégorique. Il aurait rappelé que la position du gouvernement était d’aller de l’avant avec l’investissement.

Entre-temps, quelques dizaines de travailleurs du ciment ont profité de la rentrée parlementaire à Québec pour manifester leur désaccord avec le projet.

Bétonnières bien en vue devant l’Assemblée nationale, les manifestants ont interpellé le gouvernement libéral pour qu’il retire ses billes.

Les travailleurs de Ciment Lafarge, de Saint-Constant, Holcim, de Joliette, Ciment-Québec, de Saint-Basile-de-Portneuf, et Colacem, de Grenville-sur-la-rouge, redoutent la concurrence de la future cimenterie gaspésienne.

Alors que le marché est saturé, le gouvernement s’apprête à allonger presque un demi-milliard de dollars pour un projet de la famille Bombardier, a dénoncé le représentant du Syndicat des Métallos, Pierre Arseneau à la presse canadienne.