• dimanche 15 décembre 2019 01 h 04

  • Météo

    2°C

  • Marées

Actualités

29 août 2013 13 h 57

Cimenterie : la balle dans le camp du promoteur – Marois.

Partager

CARLETON-SUR-MER – La première ministre Pauline Marois indique que le projet de cimenterie peut aller de l’avant sans un Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et la balle est maintenant dans le camp du promoteur, Ciment McInnis.

Clôturant jeudi midi le caucus des députés du Parti québécois qui se tenait depuis mercredi à Carleton-sur-Mer, Mme Marois a indiqué que projet de 700 millions de dollars était suffisamment avancé pour dire « que la balle est dans le camp des propriétaires de l’entreprise ».

Quant à la pertinence d’un BAPE, « ce n’est pas prévu puisque ça ne répond pas aux critères habituels d’un BAPE. Nous avons examiné ce projet sous tous les angles environnementaux et pour l’instant, il n’y a pas de barrières réelles à ce projet. Il y a des balises cependant qu’on pourra mettre en place pour nous assurer que l’environnement est protégé, mais il n’y a pas d’entraves majeures ».

Au sujet de l’aide gouvernementale, Québec a présenté des propositions à l’entreprise et que c’est à elle d’y donner suite.

« Je peux vous dire que nous tenons à ce projet mais à un moment donné, il y a un prix qu’on ne peut pas dépasser », indique la première ministre.

Infrastructures

Beaucoup d’infrastructures ont besoin de travaux

 

 

, que ce soit au niveau du train, des quais ou des infrastructures municipales et le gouvernement québécois doit discuter avec Ottawa afin d’obtenir de l’aide financière pour réaliser l’ensemble des travaux.

« Ce n’est pas toujours facile de négocier avec Ottawa. Le travail sur ce front se continue », indique Mme Marois, qui souligne que la souveraineté du Québec éviterait tous ces problèmes.

Maison René-Lévesque

Mme Marois a rencontré mercredi les gens de la fondation René-Lévesque. Elle estime le  projet de parcours de René Lévesque est « un beau projet ».

« D’avoir accès à la maison serait un plus, mais le parcours René Lévesque peut se réaliser sans que l’on ait nécessairement la propriété de la maison », indique Mme Marois.

Toutefois, la première ministre a glissé que le dialogue a été ouvert mercredi sur la question de l’acquisition éventuelle de la part du gouvernement avec son propriétaire.

Séjour apprécié

« Je peux vous dire que c’est avec un énorme plaisir qu’on est venu tenir ce caucus et aussi un conseil des ministres, ici, en Gaspésie », souligne Mme Marois.

Elle a mentionné que son gouvernement a pris un engagement afin d’accompagner les Gaspésiens dans le développement de la région depuis un an.

« Nous avons écouté les Gaspésiens, nous avons tenu parole », indique Mme Marois, rappelant la série d’annonces faites depuis le début de la semaine.

Elle souligne qu’elle continuera d’épauler la région dans son développement.

Étiquettes :