• vendredi 13 décembre 2019 02 h 24

  • Météo

    -18°C

  • Marées

Actualités

7 septembre 2012 15 h 45

Cimenterie : Lebouthillier critique les environnementalistes

Alors que des groupes environnementalistes souhaitent que le projet de cimenterie à Port-Daniel soit soumis à une évaluation du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE), la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, affirme ne pas avoir de leçon à recevoir de ces derniers.

Visiblement en colère, particulièrement à l’endroit d’Environnement Vert Plus et d’Éco-Vigilance Baie-des-Chaleurs, Mme Lebouthillier s’en prend durement aux environnementalistes. «S’ils veulent s’occuper vraiment des dossiers environnementaux, ils devraient regarder du côté du secteur forestier de leur territoire avec Temrex et l’usine de St-Elzéar. Depuis plusieurs semaines, le bois du CAAF de notre MRC s’en va par camion chez nos voisins. Ça aussi, c’est polluant. Si l’objectif des groupes environnementaux est de fermer les entreprises, ils devraient s’occuper de celles de leur territoire», a lancé en entrevue la préfète.

«Nous étions les seuls à avoir dénoncé l’an dernier l’épandage d’herbicides chimiques le long de la voie ferrée. Pour les matières résiduelles, nous avons sans succès fait des approches pour rapatrier le contenu des bacs bleus de la Baie-des-Chaleurs sur notre territoire. Tout est acheminé à Matane, alors que l’on sait que le transport est le l’un des principaux facteurs de pollution. Aucun environnementaliste de la Baie-des-chaleurs s’est levé,» dénonce par ailleurs Mme Lebouthillier.  

L’élue affirme que sa MRC est en mesure de s’occuper de son environnement et assure que les élus ont l’appui de la population. «On commence le compostage à la mi-septembre avec 5 700 tonnes de gaz à effet de serre sur une base annuelle qui ne se retrouveront pas dans l’atmosphère. Nous n’avons aucune leçon à recevoir des groupes environnementaux de la Baie-des-Chaleurs.»

Rappelons que les environnementalistes réclament depuis plusieurs semaines que le projet soit soumis à des études indépendantes. Le promoteur, Gisement McInnis, n’est pas dans l’obligation de soumettre son projet à une évaluation du BAPE parce que l’avis du projet a été déposé le 22 juin 1995, lorsque Québec a resserré les règles.

Le promoteur peut compter sur l’appui de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM) et des MRC du Rocher-Percé, de Bonaventure et d’Avignon. La CRÉGÎM et la MRC d’Avignon demandent à Gisement McInnis d’organiser des réunions publiques pour expliquer le projet à la population.

Le porte-parole du promoteur, Denis Boucher, a récemment laissé entendre qu’une réunion publique était envisagable, mais qu’elle aura lieu seulement une fois que les équipementiers seront choisis et que les études d’impact environnemental seront complétées.

À lire aussi

Volte-face de Gisement McInnis bien accueillie par Éco-Vigilance

Cimenterie : le promoteur ouvre la porte à une rencontre publique

Cimenterie : inquiétude autour de l’utilisation de pneus