• dimanche 08 décembre 2019 10 h 46

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Actualités

29 octobre 2013 0 h 36

Dissension au sein de la CRÉGÎM

Partager

PERCÉ - Il y a visiblement une mésentente au sein des membres la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) concernant l'élection de son prochain président. Alors que certains prônent la transparence, d'autres préfèrent que ça se règle à l'interne, loin des micros et des caméras. 

Cette controverse a été suscitée par la préfète sortante de la MRC de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, qui a déclaré la semaine dernière que la présidence de la CRÉGÎM l’intéressait, si jamais les électeurs lui faisaient à nouveau confiance. Le cas échéant, elle ferait face au maire sortant d’Escuminac, Bertrand Berger, qui assume la présidence de l’organisme public depuis 2004.
Cette sortie ne fait pas du tout l’affaire de la mairesse sortante de Murdochville, Delisca Ritchie-Roussy, précisant que cette procédure électorale n’est pas d’intérêt public et que ça concerne l’interne. « Moi, ça me met inconfortable. Je le dis franchement parce que c’est à la table de la CRÉ que ça se passe ce vote. Qu’est-ce que ça donne? Je voudrais vraiment savoir qu’est-ce que ça donne de dire haut et fort et publiquement qu’on souhaite la présidence de la CRÉ ou la vice-présidence? Est-ce qu’il y en a qui veulent mousser leur élection? »

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, a annoncé la semaine dernière ses intentions de présenter sa candidature à la vice-présidence de la CRÉGÎM.

Le préfet de la MRC de Bonaventure, Jean-Guy Poirier, est également mal à l’aise avec les déclarations de Mme Lebouthillier. « Je l’ai appris dans les médias et ça m’a surpris. J’en n’avais jamais entendu parler avant. Ce n’est pas la meilleure façon de lancer une campagne électorale (à la présidence de la CRÉGÎM) parce que normalement on s’en parle à l’interne avant pour savoir si ça prend du changement, si on est satisfait de la garde qui est actuellement en place. Mme Lebouthillier a décidé d’afficher ses couleurs, mais c’aurait été drôlement important qu’on en parle à l’interne ».

Des appuis

Mme Lebouthillier a toutefois des appuis dans sa démarche, dont le maire de Carleton-sur-Mer, Denis Henry. « Moi, je trouve que ce que Mme Lebouthillier a fait, c’est sain. Ça démontre une certaine transparence de notre organisme. On n’a absolument rien à cacher. Et en même temps, ça démontre le dynamisme des gens qui siègent autour de la table. »
Pour sa part, le candidat à la mairie de Gaspé, Daniel Côté, juge aussi que la transparence est de mise. « Je trouve que le débat est prématuré parce qu’on ne connaît pas encore la composition de la table de la CRÉ en raison des élections municipales qui ont cours. Mais foncièrement, je suis quelqu’un de transparent. Je peux comprendre que des décisions stratégiques et confidentielles puissent se faire à huis clos, mais l’élection de la présidence de la CRÉ est quelque chose que je considère d’intérêt public et intéresse les Gaspésiens et Madelinots. Je trouve ça sain que les intéressés se manifestent. » On notera que le maire de Gaspé a un siège qui lui est réservé au sein de l’organisme.

Neutre

 

De son côté, la mairesse de Chandler, Louisette Langlois se dit « très à l’aise avec la décision de Mme Lebouthillier. Le dire publiquement, c’est un choix qui lui appartient. Maintenant, ce sont les 19 membres de la CRÉ qui vont à la fin voter pour le président ».
Le prochain président de la CRÉ sera élu en décembre prochain.

Étiquettes :