• lundi 09 décembre 2019 14 h 13

  • Météo

    1°C

  • Marées

Actualités

30 juillet 2012 12 h 35

Fin de la télé analogique : les régions sont abandonnées dit Philip Toone

Alors que la Société Radio-Canada (SRC) mettra hors service son réseau de télévision analogique dès mardi, le député néo-démocrate de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, accuse les conservateurs d’abandonner la Gaspésie en matière d’accès au service de télévision publique.

À partir du 1er août, il ne sera plus possible de capter Radio-Canada  avec ce que l’on surnomme les «oreilles de lapin». Au total, la fin de la transmission analogique touche 623 émetteurs de signaux au Canada, dont ceux de Gaspé,  de Murdochville, de New Carlisle, de New Richmond et de Port-Daniel (partie est).

Selon leur emplacement, certaines personnes au pays qui utilisent encore une antenne analogique peuvent toujours recevoir un signal de l’un des 27 émetteurs numériques de la SRC en achetant un convertisseur numérique.

Cette option n’est cependant pas possible pour les Gaspésiens, car aucun émetteur numérique ne se retrouve sur le territoire de la région. Les personnes qui utilisent les «oreilles de lapins» devront donc opter pour des solutions de remplacement, comme un abonnement à la télévision satellite pour pouvoir regarder la télévision de Radio-Canada.

«Nous savons qu’il y a plein de gens dans la région qui utilisent encore l’analogique. Et maintenant, ils seront définitivement privés de ce service public, s’ils ne payent pas pour d’autres services. C’est inacceptable», s’insurge Philip Toone.

Le néo-démocrate ne se dit pas contre le passage de l’analogique au numérique, mais estime que le gouvernement doit s’assurer que la télévision publique soit disponible gratuitement pour l’ensemble de la population. «Radio-Canada est un service public qui doit desservir tout le monde. Et ce n’est malheureusement plus le cas dans beaucoup de régions du pays», ajoute l’élu fédéral.

Selon M. Toone, le programme gratuit «Solution de télévision locale par satellite» de Shaw Direct, qui permet aux personnes qui ne sont pas abonnés à un service par câble ou par satellite de recevoir les mêmes canaux canadiens, dont Radio-Canada, par voie hertzienne, ne va pas assez loin. «C’est un programme intéressant et j’invite la population à l’utiliser. Par contre, il sera gratuit seulement pour un temps limité. Ce n’est pas suffisant.»
 
Une économie de 10 millions $

La télévision analogique connaît un déclin au Canada depuis plusieurs années. Selon la SRC, moins de 2 % des Canadiens utilisent cette technologie pour capter Radio-Canada ou CBC.

Dans un contexte de restriction budgétaire, l’exploitation des 623 émetteurs analogiques est devenue trop coûteuse pour la SRC. L’arrêt de la transmission analogique est l’une des mesures annoncées par la Société afin de faire face à la réduction récente de son budget par le gouvernement conservateur.

Le diffuseur public prévoit économiser 10 millions de dollars par an avec cette mesure. «Les conservateurs ont coupé au point où la SRC n’a plus les moyens d’achever son passage au numérique en évitant que les citoyens payent pour la télévision publique. Et encore une fois, ce sont les régions qui sont touchées», déplore M. Toone.

Cliquez ici pour découvrir les stratégies de transition.

Étiquettes :