• lundi 16 décembre 2019 09 h 08

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

22 août 2013 16 h 15

François Bourque poursuit Pin Rouge

NEW RICHMOND - Le skieur alpin François Bourque intente des procédures judiciaires contre la station de ski Pin Rouge, à New Richmond. 

La Cour du Québec confirme qu’une requête a été déposée cette semaine par l’athlète originaire de New Richmond contre le Parc régional de Petite-Cascapédia. Le document n’a cependant pas encore été déposé au parc régional, a indiqué la Ville de New Richmond, jeudi matin.

Le skieur allègue que la station n’a pas versé le montant total négocié en échange de l’utilisation de son nom pour ses campagnes de promotion.
Selon le journal Le Soleil, la requête stipule que Pin Rouge s’était engagé à verser 30 000 $ au skieur du 1er décembre 2007 au 1er décembre 2010. Le skieur soutient n’avoir reçu à ce jour que la moitié de ce montant, et que Pin Rouge a continué à utiliser son nom pour promouvoir ses activités au-delà des dates établies par le contrat.

Contrat non respecté?

La présidente du parc régional et mairesse de New Richmond, Nicole Appleby, confirme que seulement la moitié de la somme a été versée au sportif. L’élue note toutefois que les administrateurs avaient des raisons valables de ne pas respecter l’engagement financier. « Je ne veux pas entrer dans les détails, mais en août 2012, nos avocats ont envoyé une lettre au partie de M. Bourque pour expliquer que, si la moitié n’avait pas été payée, c’était parce que le contrat n’avait pas été respecté. Le conseil d’administration avait jugé que [M. Bourque] n’avait pas rempli son contrat », a-t-elle déclaré en entrevue téléphonique.

Mme Appleby qualifie de « cavalier » les agissements de François Bourque, qui réclame maintenant la somme de 14 500 $ avec un intérêt de 1,5% par mois depuis le 1er décembre 2010. L’élu déplore avoir appris le dépôt de la requête dans les médias. « C’est assez ordinaire merci », a-t-elle déclaré. « Nous n’avons eu aucune communication avec M. Bourque depuis août 2012 et là, ça nous arrive comme ça », a-t-elle critiqué, avant d’ajouter que le moment était mal venu pour déposer cette requête, compte tenu que Pin Rouge vit une situation financière difficile.

« Nous avons un plan pour assurer le pérennité de Pin Rouge, nous sommes en pleine campagne de financement. Je ne comprends pas les intérêts de François Bourque. »

Les administrateurs du  Parc régional de Petite-Cascapédia remettront le dossier dans les mains de leurs avocats une fois qu’ils auront reçu la requête.