• mercredi 11 décembre 2019 05 h 43

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

4 décembre 2012 15 h 33

Françoise Bertrand souligne l’entrepreneuriat gaspésien

Partager

La présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand, a récemment consulté une vingtaine d'entrepreneurs gaspésiens au sujet du développement des richesses naturelles de la province.

Poursuivant une tournée des régions du Québec, Françoise Bertrand s’est arrêtée la semaine dernière à Gaspé pour discuter de ce secteur qui représente plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB) québécois.

«Ce qui m’a frappé, c’est l’enthousiasme des entrepreneurs gaspésiens. Franchement, c’était une belle surprise. Des entreprises ont des projets concrets et sont prêtes à peser sur l’accélérateur. C’est extrêmement stimulant», a dit Mme Bertrand.

Mme Bertrand a par ailleurs souligné que le gouvernement québécois est beaucoup trop lent à s’ajuster et à autoriser des projets créateurs de richesse et d’emplois.

Selon elle, c’est notamment le cas dans le secteur éolien. «On est en suspens. On n’est pas dans une étape où c’est clair ce qui arrivera. Les investissements, ça ne se met pas dans un coffre fort. Ça doit rouler», a déclaré la présidente.

Les délais d’autorisation posent également problème, dit Mme Bertrand. «Il n’y a pas assez de ressources dans les ministères pour soutenir la vitesse de développement. Donnez-nous les conditions [pour développer des projets ], nous sommes prêts.»

«Tout le monde est d’accord pour aller plus loin que la simple exploitation des ressources naturelles. Tout le monde veut tirer profit de la deuxième et de la troisième transformation et de l’ensemble de l’expertise sur le territoire», a-t-elle soutenu.

Environnementalistes 

Prônant un développement durable qui met en équilibre le développement économique, l’acceptabilité sociale et les enjeux environnementaux, elle a écorché au passage les environnementalistes.

«Pensez-vous que les gestionnaires sont assez fous pour se mettre à risque et de se faire emprisonner? Quand des gens crient juste pour apeurer la population, je pense que ça ne construit rien dans la société», a-t-elle conclu.