• samedi 07 décembre 2019 19 h 28

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Actualités

17 mai 2013 16 h 42

Gaétan Essiambre lance sa chanson «Cap’taine Martel»

L’ANSE-À-BEAUFILS - L’auteur-compositeur-interprète Gaétan Essiambre a lancé récemment à la Vieille Usine de L’Anse-à-Beaufils une chanson hommage à Jean-François Martel, capitaine décédé il y a quelques années.

«C’est un ami rencontré à Montréal qui s’est établi ici et qui est devenu pêcheur», raconte Gaétan Essiambre.

Il explique que son ami a convaincu les pêcheurs de homard de la région de former une coopérative à Grande-Rivière, avant de devenir lui-même président des pêcheurs de hareng. «C’est un ami, mais aussi un symbole. C’est lui qui nous a appris qu’en se mettant ensemble, on peut faire de grandes choses», affirme l’artiste.

Sortie tardive

Composée il y a huit ans, la chanson est lancée cette année seulement.

«Il ne voulait pas trop que je la chante en public, parce que dans le refrain, je dis ‘’Roule un p’tit bonheur’’. Il ne voulait pas que ça joue sur sa réputation. Mais au fond, c’était tellement une bonne personne… aujourd’hui, comme ça ne peut plus lui faire de mal, c’est un hommage que je veux lui rendre», affirme le chanteur au sujet de Jean-François Martel.

Il souligne également l’échange qu’il y a eu entre ces deux hommes : «Je lui ai fait découvrir la Gaspésie où il est devenu pêcheur et il m’a fait découvrir la Vieille Usine où je peux jouer.»

La chanson est disponible sur le site d’Archambault, sur Itunes et sur bandcamp.com. «On l’a enregistrée à la Vieille Usine. C’est un produit d’ici qui est disponible partout, maintenant», précise M. Essiambre. Sa chanson figurera sur son prochain album.

Interprétation émotive

Lors de l’interprétation de sa chanson aux notes de pop et de reggae devant public à la Vieille Usine, l’artiste était très fébrile. «Je la chante devant des pêcheurs qui l’ont connu, on ressent tous la même émotion… quand on perd quelqu’un, ici, c’est tout le village qui porte un deuil, qui ressent le vide, parce que chaque personne est importante.» conclut-il.

Étiquettes :