• lundi 16 décembre 2019 05 h 07

  • Météo

    -8°C

  • Marées

Actualités

10 février 2012 15 h 27

Georges Mamelonet accusé de pêche illégale d’oursins

Le député libéral de Gaspé et adjoint parlementaire au ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), Georges Mamelonet, comparaîtra au palais de justice de Percé le 2 avril pour faire face à des accusations de pêche illégale d’oursins.

Selon le ministère des Pêches et des Océans, M. Mamelonet a enfreint la Loi sur les pêches. Il aurait pêché l’oursin sans détenir de permis.

Georges Mamelonet doit comparaître au palais de justice de Percé au début du mois d’avril.

S’il est reconnu coupable, il est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 $.

Joint au téléphone par GRAFFICI.CA, le député de Gaspé a confirmé qu’il n’a pas l’intention de plaider coupable même s’il admet avoir pêché de 40 à 50 livres d’oursins entre le 1er juillet et le 30 août 2011 sans détenir de permis.

M. Mamelonet précise que le permis exploratoire qu’il détenait depuis les années 80, lui permettant de pêcher une petite quantité d’oursins chaque année, n’a pas été renouvelé au début des années 2000 en raison de changements administratifs chez Pêches et Océans. 

Malgré ces modifications, le député libéral confirme qu’il a continué à pêcher tout en sachant qu’il ne détenait pas de permis. Ses récoltes était destinées à son restaurant de Percé. «Les recettes d’oursins sont parmi les plus populaires à mon restaurant. Je ne pouvais pas arrêter. Je ne me suis jamais caché de cette pratique. J’ai toujours pêché à la même place à la vue de tous», explique-t-il.

Au début de l’été dernier, des agents de Pêches et Océans ont rappelé à M. Mamelonet qu’il n’avait pas le droit de poursuivre cette pêche sans permis. «J’ai répondu que j’allais continuer et j’ai par la suite appelé à la direction régionale pour trouver une solution, mais je n’ai pas eu de retour d’appel», indique le député.

M. Mamelonet estime qu’il n’a rien à se reprocher. Il a l’intention de défendre son «droit acquis» devant le tribunal. «Écoutez, tout le monde était au courant que je pêchais de petites quantités d’oursins pour mon restaurant. Je le fais depuis trente ans en tout respect des écosystèmes. Soyez assuré que je défendrai mon point de vue en avril prochain», a-t-il lancé.

Le député de Gaspé dit avoir prévenu le bureau du premier ministre, Jean Charest, et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Pierre Corbeil, dès la réception de l’avis de comparution au palais de justice de Percé.

Il affirme qu’il respectera la décision du premier ministre s’il lui retire ses responsabilités d’adjoint parlementaire au ministre Corbeil.

Le Parti québécois demande d’ailleurs à Jean Charest d’agir en ce sens. «Un élu a l’obligation de montrer l’exemple. Dans le cas présent, il est troublant de constater que le député de Gaspé aurait commis un geste illégal pour le bénéfice de son entreprise», a déclaré par voie de communiqué le député de Matane, Pascal Bérubé.