• samedi 07 décembre 2019 18 h 53

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Actualités

11 septembre 2014 14 h 43

Infrastructures : Les maires demandent davantage

Partager

GASPÉ – Les maires ont profité du passage du ministre Pierre Moreau pour le sensibiliser à la nécessité d'adapter les normes pour que les municipalités n'étranglent pas leurs citoyens lorsque vient le temps de réaliser des travaux majeurs.

« On a sur la table une offre de 50 % de subventions pour des travaux de 22 à 25 M$. Je ne peux pas taxer à 12 M$ les citoyens de Gaspé. Je ne doublerai pas le compte de taxes des citoyens pour réaliser ces travaux-là. Le ministre a compris, mais on doit continuer à faire avancer le dossier », dit le maire de Gaspé, Daniel Côté, à propos des travaux d’approvisionnement en eau à réaliser sur le territoire de la ville.

« On est déjà pris à la gorge au niveau de la taxation. Si on doit taxer nos contribuables en plus pour aller chercher la mise de fonds, on ne peut pas », ajoute la mairesse de Murdochville, Délisca Ritchie-Roussy. La municipalité doit refaire en entier son système d’aqueduc et d’égout âgé de 60 ans. Les travaux sont évalués à près de 40 M$.

Chandler doit refaire son système de traitement des eaux dans le secteur de Newport, un projet important puisqu’il freine le développement résidentiel et commercial dans ce secteur. Il est évalué à près de 6 M$. « On espère qu’on aura plus de 50 % du montant. On va demander le maximum », indique la mairesse Louisette Langlois, espérant comme le maire de Gaspé une aide à 80 %.

La Martre n’a pas d’eau potable depuis 13 ans. La municipalité de la Haute-Gaspésie utilise de l’eau de surface pour alimenter son réseau et la contamination aux matières fécales la rend impropre à la consommation. La municipalité de 250 habitants doit investir 6 M$ pour régler son problème, une somme qu’elle n’a pas. « Je pense qu’un gouvernement doit établir des priorités. Les citoyens sont en attente depuis plus de 10 ans. C’est le projet prioritaire en Haute-Gaspésie », souligne le préfet Allen Cormier.
Québec ne ferme pas la porte à moduler l’aide gouvernementale en fonction de la capacité de payer des contribuables municipaux alors que les besoins d’amélioration des infrastructures sont immenses en Gaspésie.

L’ancien gouvernement Marois n’avait pas fermé cette porte et le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, poursuit l’analyse. Il rappelle qu’auparavant, un ministre avait la capacité discrétionnaire de bonifier l’aide financière à une municipalité, mais le programme a été normé pour éviter les apparences de favoritisme, dans la foulée de la commission Charbonneau.

« Ce qui peut être fait est de permettre au gouvernement de modifier le programme de façon à l’adapter avec plus de flexibilité aux besoins des communautés. Ça ne se fait pas du jour au lendemain », explique M. Moreau.

Étiquettes :