• vendredi 06 décembre 2019 21 h 18

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

10 juillet 2014 10 h 56

Le bureau touristique de Pointe-à-la-Croix « entre ouvert »

NEW RICHMOND – Le bureau d’information touristique de Pointe-à-la-Croix est finalement ouvert de 8 h à 18 h, au moins jusqu’à la mi-août. « Je dirais qu’il est entre ouvert », a confié le directeur de la Chambre de Commerce Baie-des-Chaleurs, Maurice Quesnel à GRAFFICI.CA.

« Grâce aux interventions du député [péquiste de Bonaventure Sylvain Roy] qui nous a donné 5 000 $ et qui a convaincu la MRC d’Avignon de donner un autre 5 000 $, on peut opérer pour l’instant, mais pour faire toute la saison jusqu’en octobre, ça prendrait un minimum de 25 000 $ », explique M. Quesnel.

En ce moment, il semble que le député Roy poursuit ses démarches du côté du ministère du Tourisme et de la MRC Bonaventure. « On attend des nouvelles de la ministre Dominic Viens et du préfet de la MRC Bonaventure Jean-Guy Poirier. J’ai aussi demandé un congé de taxe de 1 500 $ à la municipalité de Pointe-à-la-Croix », dit le directeur de la Chambre de commerce qui s’étonne de n’avoir reçu aucune offre d’aide des commerçants du sud de la Gaspésie. « Personne n’a offert son aide, alors que c’est eux qui en bénéficient. »

Le Bureau d’information touristique de Pointe-à-la-Croix, sous la responsabilité de la Chambre de commerce de la Gaspésie, est opéré par la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs depuis plusieurs années, mais les bailleurs de fonds se font désirer chaque année.

Le problème de financement de ce bureau stratégique ne date pas d’hier. « Quand la Chambre de commerce de la Gaspésie a pris le bureau en 2010, on avait 22 000 $ dans les coffres. Il reste 3 000 $ et tout est allé dans le bureau de Pointe-à-la-Croix », calcule de directeur de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs.

L’an dernier, Pascal Bérubé, ministre du Tourisme de l’époque, a offert une subvention de 30 000 $, deux jours avant l’ouverture prévue du bureau.

« Va falloir, dès l’automne, faire des démarches auprès des élus et de l’industrie touristique du sud de la Gaspésie pour assurer un financement durable de ce bureau qui est l’une des deux portes d’entrée de la Gaspésie. Si non, les gens tourneront à gauche [vers le Bas-Saint-Laurent] plutôt qu’à droite [sud de la Gaspésie] lorsqu’ils arriveront du Nouveau-Brunswick », déplore M. Quesnel.

Étiquettes : ,