• dimanche 08 décembre 2019 02 h 45

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

24 janvier 2014 6 h 53

Le marché du travail au beau fixe

Partager

GASPÉ – Le marché du travail devrait se maintenir en 2014, selon l'évaluation faite par la direction régionale d'Emploi Québec. 

Le vieillissement de la population et l’activité plus marquée dans certains secteurs d’activités donnent de l’espoir pour les chercheurs d’emplois.

« On voit que certains secteurs d’activités vont, selon nous, connaître une plus forte demande d’emploi. On parle de l’extraction minière parce qu’on sait qu’il y a différents projets qui devraient se concrétiser », indique la directrice régionale d’Emploi Québec Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Carole St-Pierre.

Le secteur des soins de santé et d’assistance sociale, les services professionnels dans les secteurs scientifiques et techniques et le domaine du transport et de l’entreposage devraient aussi être des secteurs en croissance en 2014.

Le phénomène de rareté de main-d’oeuvre demeure « et va s’intensifier dans les années à venir, estime la directrice régionale. On le sent depuis déjà quelques années ».

Des postes demeurent inoccupés en raison du manque de qualification des travailleurs. « Ce phénomène s’accentue. On le mesure par les offres d’emplois non comblés et des témoignages des entreprises qui nous parlent de leurs difficultés de recrutement », souligne Mme St-Pierre.

Des emplois qui n’exigent pas de formation de base demeurent non comblés.

« Il reste aussi des postes de niveau élémentaire, c’est-à-dire des emplois qui pourraient être occupés par des personnes même si elles n’ont pas de diplôme parce que ces emplois peuvent être appris par un entraînement à la tâche ou la formation en milieu de travail. Avec les départs à la retraite, il y a un certain nombre de ces emplois qui seront difficiles à combler », explique Mme St-Pierre.

Bilan 2013

La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a connu un léger ralentissement de l’emploi en 2013 par rapport à 2012.

« C’est une moins bonne année que 2012. Nous avions une progression constante depuis le début des années 2000 et on a atteint un sommet en 2011. Est-ce qu’on doit dire que c’est une bonne ou une mauvaise année? Pas nécessairement », estime Mme St-Pierre.

La région a perdu 800 emplois en 2013 sur les 38 500 répertoriés en moyenne. En outre, il y a 1500 chômeurs supplémentaires par rapport à 2012.

Le taux de chômage a été établi à 16,2 pour cent, en hausse de 3,3 pour cent comparativement à l’année précédente.

« Même si on a connu une baisse cette année par rapport à 2012, on reste dans une tendance du marché du travail qui se porte bien », ajoute Mme St-Pierre.