• dimanche 08 décembre 2019 20 h 49

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Actualités

6 novembre 2014 13 h 21

Le Parti libéral de Gaspé désavoue le gouvernement Couillard

Partager

SAINTE-ANNE-DES-MONTS — En affirmant que le gouvernement bafoue les valeurs libérales, l'Association du Parti libéral (PLQ) du comté de Gaspé désavoue le gouvernement de Philippe Couillard.

L’Association exprime beaucoup d’inquiétude par rapport au sort réservé à la Gaspésie suite aux décisions de Québec et de celles à venir.

« Pire plan de match pour la Gaspésie«

En soutenant que le Parti libéral a toujours été proche des régions, le président de l’Association, Paul-Émile Beaudin, estime que c’est le pire plan de match que le gouvernement pouvait se donner pour développer la Gaspésie. « Je dois avouer que, face à cette situation, c’est bien difficile d’être fier d’être libéral, alors que le gouvernement va à l’encontre même des principes fondateurs de notre parti », écrit-il en substance dans un communiqué auquel il a invité la presse à s’en tenir, sans d’autres commentaires.

L’Association libérale se dit fortement préoccupée à l’égard des emplois, de l’expertise, des leviers de développement économique et des outils de concertation qui disparaîtront. « Le Parti libéral a toujours été proche des régions, estime M. Beaudin. À cet effet, lors de la dernière campagne, le premier ministre a laissé entendre vouloir s’occuper personnellement du développement de la Gaspésie avec l’aide des députés de la région. Où est donc passée cette sensibilité face à notre réalité? »

« Le gouvernement doit refaire ses devoirs«

Paul-Émile Beaudin se réfère à la préface du livre « Les valeurs libérales du Québec moderne » de Claude Ryan, où Jean Charest avait écrit ceci : « Nous devons favoriser l’autonomie de nos régions en nous faisant les accompagnateurs des volontés régionales, plutôt que les prescripteurs de solutions centralisées. »

En somme, l’association du PLQ de la circonscription de Gaspé invite le gouvernement formé par le Parti libéral à refaire ses devoirs et à consulter les Gaspésiens pour connaître leur vision du développement économique et social.

Interviewé pour connaître ses réactions par rapport à cette sortie de l’association de son parti de la circonscription de Gaspé, le ministre responsable de la Gaspésie n’interprète pas cela comme un désaveu. « C’est une action isolée d’un président qui n’a pas pris connaissance de l’entente conclue par le gouvernement », a minimisé Jean D’Amour.

Étiquettes :