• dimanche 27 septembre 2020 18 h 56

  • Météo

    21°C

  • Marées

Actualités

Culture
22 juin 2020 15 h 23

Le peuple de la mer

Pascal Alain

Chroniqueur

Partager

CARLETON-SUR-MER | Il y aura 70 ans dans quelques semaines que la photographe newyorkaise Lida Moser débarquait en Gaspésie, cherchant à figer sur pellicule ce monde rural qui s’apprêtait à vivre un bouleversement sans pareil. La Gaspésie, un pied dans la tradition, l’autre dans la modernité, allait être immortalisée par cette femme qui n’a jamais oublié ses habitants et ses paysages.

Pourtant, lorsque la jeune photographe de 30 ans met les pieds au Québec à l’été 1950, son mandat est de livrer un photoreportage de six pages sur cet immense pays qu’est le Canada pour le compte du célèbre magazine américain Vogue. Pour elle comme pour bien d’autres, le Canada se résume à quelques cartes postales où figurent la baie d’Hudson, le lac Louise, la police montée, le castor et le caribou. Après neuf heures d’autobus, on la retrouve à la gare Windsor de Montréal. Elle sait qu’il y a des Canadiens français dans ce Canada. Mais elle est persuadée d’y faire la rencontre de paysans vivant dans des cabanes en bois rond et se déplaçant en charrette. Elle y découvre autre chose, bien évidemment.

Rapidement, Moser fait la rencontre de Paul Gouin, un ex-adversaire politique de Maurice Duplessis, devenu entretemps son conseiller culturel. Gouin la dissuade en moins de deux de son projet initial, la convainquant de lui faire visiter le Québec et ses régions, en compagnie de l’anthropologue Luc Lacoursière et de l’abbé Félix-Antoine Savard, ce qu’elle fera pendant deux mois à bord d’une limousine prêtée par le premier ministre Duplessis.

Durant son parcours de Montréal à Gaspé, c’est une Gaspésie sur le point de basculer dans la modernité qui s’offre à Lida Moser. Elle s’imprègne de la région en y entrant par la vallée de la Matapédia. Cette femme charismatique, appareil photo à la main, franchit des portes insoupçonnées, celles qui révèlent une Gaspésie appartenant désormais à un autre temps. Elle saisit, comme peu de gens l’ont fait, le quotidien des péninsulaires en ce milieu de siècle, d’où la richesse unique de son passage chez nous.

Lida Moser s’intéresse au monde réel. Son regard est témoin d’un pays bercé par la mer auquel elle s’attache. Elle y découvre une Gaspésie qui carbure encore à la vie traditionnelle avec ses pêcheurs, navigateurs, conteurs et musiciens à la peau cuivrée. Elle s’émeut de voir ces femmes gaspésiennes bâtir le pays, vaquant à d’interminables tâches et s’occupant d’une ribambelle d’enfants, qui deviendront de futurs candidats pour l’exil. Elle est aux premières loges d’un monde qui s’en va, une péninsule sur le point de vivre de profondes transformations. Un monde pris entre le passé et tous ses rituels et la modernité proposant d’autres repères à la société d’alors.

Moser capte des scènes familiales grouillant d’enfants. Elle photographie la communauté mi’gmaque de Gesgapegiag et ses porteurs de traditions. Détournant son regard de la Gaspésie touristique en pleine effervescence, elle s’emballe pour les Gaspésiens, ce peuple de la mer, comme elle les désigne. « Je les savais en proie à la pauvreté, mais ces gens-là étaient si fiers que jamais je n’ai senti cette colère ou cette haine si propre aux pauvres », confie-t-elle au Devoir en 2004.

Au terme de ce voyage, la « mission de sa vie », dira-t-elle, c’est près de 4 000 photographies, dont quelques centaines montrant la Gaspésie, qui prennent vie, un véritable trésor national aujourd’hui conservé par Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Sa rencontre avec les artistes humanistes Suzanne Guité et Alberto Tommi, à Percé, demeure un moment précieux, dévoilant l’universalité du couple.

Moser entretiendra une affection particulière pour notre coin de pays. Son travail de photographe marquera la mémoire et l’imaginaire collectif. Elle sera présente à l’ouverture du Musée de la Gaspésie, à Gaspé, à l’été 1977. Son héritage lui survivra bien au-delà de la mort, qui s’empare d’elle le 12 août 2014, à l’âge de 93 an.

Pour en savoir plus
https://www.banq.qc.ca/techno/recherche/rms.html?q=lida+moser&lang=lang_fr&selectRecherche=on 
http://lidamoser.mnbaq.org/

Étiquettes :