• lundi 09 décembre 2019 10 h 05

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

21 février 2013 16 h 03

Le programme en diffusion du cinéma d’auteur est reconduit

Le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, a annoncé mercredi la reconduction du programme d’aide aux projets en diffusion du cinéma d’auteur. 

La coupure du programme Appel de projets en diffusion du cinéma d’auteur pour l’année financière 2012-2013 avait provoqué un tollé au sein des organismes diffuseurs de la Gaspésie.

Cette décision menaçait la survie de Cinétoile à Carleton-sur-Mer, de Ciné Bobine à New Richmond, de Cinév’Art à Chandler et du cinéma Les jamais vues à Sainte-Anne-des-Monts. Pour certains d’entre eux, les subventions reliées au programme représentent 35% de leur budget annuel.

Par voie de communiqué, le ministre Kotto s’est dit «très conscient de l’importance de développer l’offre de cinéma québécois», qualifiant le programme qui devait être coupé pour l’année 2013 de «vital» pour les régions du Québec. 

Décision bien accueillie

Sans surprise, cette volte-face de Québec est reçue avec enthousiasme dans le milieu des cinémas parallèles de la région, qui s’était mobilisé pour demander au gouvernement de revoir sa décision.

La présidente de Cinétoile à Carleton-sur-Mer, Andrée Allard, se dit «extrêmement satisfaite». Depuis 2006, son organisme a touché des subventions totalisant 37 000$, ce qui lui a permis de maintenir son offre et de développer différents projets, dont le week-end du documentaire.

«On comptait absolument sur cette reconduction pour poursuivre nos activités. Avec la coupure temporaire, il y a un manque à gagner, mais la menace de fermeture qui planait au dessus de nos têtes est derrière nous. Nous pouvons maintenant entrevoir l’avenir avec beaucoup plus de confiance», se réjouit-elle.

Cinétoile, qui est pris en charge de bénévoles, doit débourser en moyenne 500$ par projection pour couvrir les frais de location du Quai des arts, le salaire d’un technicien et les droits de diffusion. Les films présentés attirent en moyenne 65 spectateurs par représentation.

Le montant total obtenu par le biais de ce programme par les organismes diffuseurs de la région s’élève en moyenne à 65 000$ par année.

À lire aussi 

Cinéma d’auteur : Sylvain Roy défend le ministre Maka Kotto

Cinéma : le Conseil de la culture dénonce les coupures

La survie de plusieurs cinémas en Gaspésie est menacée

Étiquettes :