• dimanche 15 décembre 2019 18 h 37

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

21 août 2013 6 h 48

Le titre d’Orbite Aluminae remonte lentement

Partager

CAP-CHAT – Le titre d'Orbite Aluminae, qui a dégringolé à 37 cents la semaine dernière à la Bourse de Toronto, a légèrement remonté pour atteindre 44 cents, mardi. Quoiqu'il en soit, la situation n'inquiète pas les élus de la Haute-Gaspésie.

L’action de la minière s’est déjà échangée à 5,45 $ en décembre 2011. Cette descente de la semaine dernière – un creux historique pour l’entreprise – est en réaction aux problèmes de liquidités que l’entreprise a admis éprouver. « On a émis un communiqué qui a exercé une forte pression sur les titres en Bourse parce qu’on n’a pas d’argent pour poursuivre notre exploitation pour les 12 prochains mois, explique le chef de l’exploitation d’Orbite, Glenn Kelly, qui est en poste depuis quatre mois. Mais ça ne veut pas dire qu’on est au bord de la faillite! »

Les derniers résultats financiers font état d’un fonds de roulement de 7,6 millions $. Au cours des six derniers mois, 3,8 millions $ ont été dépensés pour l’exploitation.

Pas d’inquiétude en Haute-Gaspésie

« Je ne suis pas du tout inquiet, affirme sans hésiter le maire de Cap-Chat. Ce sont des affaires qui vont se régler bientôt. »

Selon Judes Landry, qui détient des actions dans la compagnie, certaines sources consolident sa confiance dans l’entreprise, dont l’engagement récent de Glenn Kelly.

L’élu se réconforte aussi du fait qu’une vingtaine d’employés oeuvrent toujours à l’usine de Cap-Chat et qu’une quinzaine de candidats soient inscrits au programme de formation mis en place par Groupe Collegia de Matane, avec la collaboration d’Orbite. « J’aimerais mieux que ça aille bien, mais je reste confiant, laisse tomber M. Landry. Je suis très positif. »

Le préfet de la Haute-Gaspésie partage le même espoir. « Je suis inquiet et c’est normal, confie Allen Cormier, qui possède 3000 actions d’Orbite en Bourse. Mais je suis optimiste. C’est un mauvais nuage qui passe, mais je crois que le soleil est derrière. Je garde espoir parce que quand ils ont parti leur usine pilote à Cap-Chat, ça a marché. »

Explosion des coûts de construction

Selon Allen Cormier, l’augmentation en flèche des coûts de construction de la nouvelle usine de Cap-Chat a ébranlé financièrement l’entreprise. La facture est passée de 45 millions $, puis ensuite de 80 millions $, pour se fixer actuellement à 106 millions $. Les premières estimations de la compagnie étaient de 13 millions $ en septembre 2011.

Les travaux de construction sont interrompus depuis quelques mois, après que certains sous-traitants, dont Gastier, aient déposé un avis d’hypothèque légale. Orbite s’est entendue avec ses créanciers, dont une partie du remboursement a été versée en actions. Pour finaliser la construction du nouveau bâtiment et compléter l’achat de l’équipement nécessaire, Orbite devra trouver 31 millions $.

« Je suis confiant qu’ils vont trouver de nouveaux investisseurs », affirme le préfet de la Haute-Gaspésie. Le porte-parole d’Orbite n’a pas voulu confirmer certaines rumeurs laissant entendre que des investisseurs asiatiques seraient intéressés à financer l’entreprise.

Production très réduite

L’usine de Cap-Chat tourne au ralenti. Alors que l’entreprise avait comme objectif de produire trois tonnes d’alumine de haute pureté par jour, elle ne réussit qu’à en sortir 50 kg. « C’est à cause d’une pièce d’équipement, explique Glenn Kelly. Le calcinateur n’est pas productif. Ça fait partie de ce qu’on doit changer. »

La société montréalaise a toujours l’intention de construire une usine d’alumine métallurgique dans le secteur de Grande-Vallée, où elle possède déjà des bureaux. Mais le projet est retardé. « Ça ne se fera pas en 2014 », avance M. Kelly.

Orbite a supprimé deux postes de vice-président. Aussi, deux personnes qui avaient été recrutées en Gaspésie ont été mises à pied, soit le directeur des relations avec la communauté, André Lemieux et la coordonnatrice aux communications, Marylou Bossé.

Étiquettes :