• vendredi 06 décembre 2019 23 h 14

  • Météo

    -8°C

  • Marées

Actualités

22 octobre 2012 16 h 48

L’érablière Escuminac victime d’une fraude de 75 000 $

L’érablière Escuminac fait partie des producteurs de sirop d’érable fraudés par Claudio et Giuseppe Campellone, deux hommes de la région de Montréal qui font face à 23 chefs d’accusation de fraude et de fabrication de faux documents.   

À l’automne 2011, les deux hommes de 52 et de 55 ans ont acheté du sirop d’érable à plusieurs producteurs du Québec, dont l’érablière Escuminac située dans la Baie-des-Chaleurs. La marchandise qu’ils ont achetée s’est retrouvée rapidement sur le marché, mais les producteurs n’ont jamais été payés.

Le propriétaire de l’entreprise gaspésienne, Martin Malenfant, mentionne qu’au départ, rien ne semblait indiquer qu’il s’agissait d’une fraude. «Notre enquête de crédit n’a rien démontré d’anormal. Nous avons donc pris une entente avec eux, avant de faire livrer la marchandise à Montréal», raconte-t-il.

Quelques semaines plus tard, l’acériculteur a commencé à se douter qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond. «Malgré l’envoi de factures, d’appels, je demeurais sans nouvelle. J’ai alors contacté la Sûreté du Québec, qui a par la suite débuté l’enquête.»

Cette enquête a mené à l’arrestation des deux frères Campellone le 16 octobre dernier. Ils ont comparu deux fois au palais de justice de Québec et font face à 23 chefs d’accusation de fraude et de fabrication de faux documents.

Les deux hommes sont revenus pour une troisième fois devant la cour lundi pour leur enquête sur remise en liberté. Giuseppe Campellone a été libéré sous condition, moyennant un dépôt de 5000$. Son frère, Claudio, demeure provisoirement détenu, mais pourrait demeurer derrière les barreaux jusqu’à la fin des procédures.

Une dizaine de victimes

Au total, les frères Campellone auraient fait une dizaine de victimes, dont des producteurs de la Beauce et de Portneuf dans la région de Québec.

Des perquisitions de la SQ ont permis de retracer une partie de la marchandise dans différents commerces, notamment dans les Laurentides et à Montréal. La valeur totale de cette fraude s’élève à 365 000 $. 

De son côté, le propriétaire de l’érablière Escuminac mentionne que la valeur du sirop d’érable livré aux fraudeurs s’élève à 75 000 $, soit 10 % de son chiffre d’affaires. «C’est un coup dur pour l’entreprise. Je ne pense pas récupérer cet argent car les fraudeurs ne sont probablement pas solvables. C’est une perte sèche pour moi», souligne M. Malenfant, qui ajoute cependant qu’il sera en mesure de «passer au travers», tout en se promettant qu’il sera «plus vigilant» la prochaine fois.

Selon la SQ, ce dossier n’est pas relié à l’enquête sur les vols de barils de sirop récemment survenus à Lévis et à Sainte-Louis-de-Blandford.