• jeudi 12 décembre 2019 00 h 24

  • Météo

    -14°C

  • Marées

Actualités

31 octobre 2014 9 h 41

Les écologistes demandent à Québec de révoquer le permis à Haldimand 4

Partager

GASPÉ – Le groupe Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé demande au ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, de révoquer le permis de forage de Pétrolia pour le puits Haldimand 4, situé à Gaspé. Une requête en ce sens sera signifiée ce matin au ministre.

« À la lumière des informations qu’on transmet avec notre demande, qu’il révoque le permis du forage du fait qu’on a démontré depuis bientôt cinq ans qu’il y a un risque pour l’eau, l’air et la qualité de vie des gens. C’est à ce titre-là qu’on lui demande de révoquer le permis », explique la présidente du groupe, Lise Chartrand.

Elle refuse de dévoiler la stratégie à suivre, notamment le recours aux tribunaux, préférant attendre une réponse du ministre.

« On garde espoir que le ministre prenne le temps d’étudier nos documents et d’aller chercher une contre-expertise et de révoquer le permis comme on le demande. »
Le site Haldimand 4 est situé à 350 mètres de la résidence la plus proche et à plus de 800 mètres du puits d’eau potable. Pétrolia possède déjà un permis de Québec pour forer dans une phase exploratoire. L’entreprise respecte les conditions du règlement provincial sur l’eau potable, présenté à Gaspé l’été dernier.

Appui d’Amir Khadir

Le député de Mercier à l’Assemblée nationale, Amir Khadir, s’est rendu devant les futurs bureaux de Pétrolia à Gaspé en appui à la démarche d’Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé. Une vingtaine de citoyens accompagnaient le député.

« Québec a abandonné le développement harmonieux des régions au profit des compagnies pétrolières. Heureusement qu’il y a des citoyens qui sont mobilisés », a dit le député, rappelant les récentes manifestations contre le pétrole à Sorel-Tracy et Cacouna.

« On n’est pas contre le développement économique. Mais il faut se poser la question à savoir si c’est la bonne filière. Des emplois, oui on en veut, mais des emplois et du développement en accord avec notre qualité de vie. Des emplois durables qui nous feront sortir du modèle de développement qui cause tant de dommage à l’environnement qu’à notre économie », ajoute M. Khadir.

« C’est un appui de taille surtout quand on sait que Québec solidaire a un plan de sortie du pétrole », souligne Mme Chartrand.