• dimanche 08 décembre 2019 20 h 49

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Actualités

14 octobre 2014 15 h 57

Les gens d’Orléans Express « heureux », de la décision de la CTQ

Partager

CARLETON-SUR-MER – Le porte-parole d’Autocars Orléans Express, Marc-André Varin, exprime de la satisfaction suite à la décision de la Commission des transports du Québec d’accepter intégralement les changements soumis à ce tribunal administratif, changements qui ont pour effet de supprimer quatre des six voyages quotidiens entre Rimouski et la Gaspésie.

M. Varin se déclare « heureux » et « agréablement surpris » du verdict de la Commission des transports (CTQ), qui a aussi pour effet de supprimer la desserte le long des 100 kilomètres séparant Grande-Rivière de Gaspé, dont Percé.
 
« On tient à souligner le courage de la Commission des transports du Québec d’avoir accepté toutes les demandes et rapidement. C’est une étape importante pour la compagnie. Toutefois, on reconnaît un impact important à court terme sur plusieurs employés. Mais ça va permettre la survie et la poursuite des activités d’Orléans », précise M. Varin.
 
La société-mère d’Orléans Express, Keolis Canada, avait fait des profits pendant 11 années consécutives avant de déclarer une perte de 3,5 M$ en 2013. Sommairement, les profits et l’achalandage étaient en baisse depuis la récession de 2008-2009. Récemment, le transporteur a reçu une aide d’urgence de 450 000 $ de la part de l’État québécois, pour assurer la continuité de son service en attendant la décision de la CTQ.
 
Les changements entreront en vigueur le 1er janvier, au milieu du congé des Fêtes, une autre situation dénoncée par les Gaspésiens.
 
Marc-André Varin assure n’y être pour rien, parce qu’on « n’a pas dit le 1er janvier 2015 dans notre demande. On voulait plus tôt que ça soit le 6 juillet. On va analyser tout ça. Il y a les répercussions sur les conducteurs. Je vais faire le point (…) On fera des communications. C’est mon intention de retourner dans les régions pour la mise en œuvre, pour arrimer avec d’autres services. Il y a du travail à faire. Le travail commence en fait ».
 
M. Varin précise en outre que pour les usagers, « les horaires vont changer, le nombre d’arrêts sera réduit pour qu’on devienne un service semi-express ». Il restera 13 arrêts à l’est de Rimouski, environ quatre fois moins que maintenant.
 
Philippe Toone déplore la décision de la CTQ

Fort actif lors des audiences de la Commission des transports dans la péninsule en août, le député fédéral de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, déplore la décision de l’organisme réglementaire.
 
« Je crois que la CTQ a manqué à son mandat de protéger le grand public, particulièrement la population des régions. Elle a favorisé les profits d’une entreprise privée au détriment de l’économie de notre région et de la qualité de vie de nos citoyens », dit-il.
 
Il ajoute que la CTQ a basé sa décision sur des données incomplètes, parce qu’elle n’a pas tenu compte des revenus venant du transport des colis.
 
Dans les faits, la Commission des transports avait fait valoir, suite à une question de M. Toone en août à Carleton, que les colis n’étaient pas sous sa juridiction.
 
À ce moment, Marc-André Varin, avait indiqué ne pas avoir sous la main les chiffres liés aux colis. La Commission a par contre demandé à voir ces chiffres lors d’audiences supplémentaires à Québec, les 10 et 11 septembre.
 
« Des états financiers détaillés ont été présentés, mais scellés. Ce n’est pas de l’information que nous sommes “confortables” de rendre publique », dit Marc-André Varin.

Étiquettes :