• mercredi 11 décembre 2019 22 h 45

  • Météo

    -13°C

  • Marées

Actualités

19 novembre 2014 16 h 24

Pétrolia : une barge pour liquéfier le gaz gaspésien

GASPÉ – Pétrolia souhaite exporter le gaz naturel de sa propriété gaspésienne Bourque vers la Côte-Nord, en utilisant une barge pour liquéfier ce gaz. Son PDG nie aller trop vite en affaires, même si les travaux à Bourque sont loin d’être complétés.

À l’été 2012, Pétrolia a fait deux forages à Bourque, située à mi-chemin entre Grande-Vallée et Murdochville. Ces travaux ont permis d’estimer à mille milliards de pieds cubes la quantité de gaz en place sur cette propriété.

Pétrolia ne sait pas encore quel pourcentage de ce gaz peut être récupéré, ni s’il peut être extrait de manière rentable. La firme vient tout de même de signer un partenariat avec Tugliq Énergie, une entreprise de Québec, en vue de distribuer son gaz à des clients potentiels sur la Côte-Nord.

Gazoduc et barge de liquéfaction

Un gazoduc transporterait le gaz de Bourque vers une barge d’une capacité de 30 milliards de pieds cubes par an, amarrée à Grande-Vallée, à Sandy Beach (Gaspé) ou à Port-Daniel, au terminal de la cimenterie. De plus petites barges se connecteraient à la grande et charrieraient le gaz naturel liquéfié (GNL) vers d’éventuels clients sur la Côte-Nord, notamment des alumineries et des minières.

Tugliq n’a pas elle-même d’expérience dans la distribution de GNL, mais s’est associée à la Belge Exmar et au groupe québécois Océan, indique Alexandre Gagnon, le PDG de Pétrolia. M. Gagnon était à Baie-Comeau et Sept-Îles ces derniers jours pour mousser ce projet. Selon lui, les industries auraient avantage à convertir au gaz naturel leurs systèmes au diesel et au mazout, afin de diminuer leurs coûts et leurs émissions de gaz à effet de serre.

Le PDG ne croit pas qu’il met la charrue devant les bœufs. Trouver des solutions pour la distribution est une étape nécessaire avant de poursuivre le projet Bourque, explique-t-il. « Personne n’est prêt à financer un projet [de développement gazier] s’il n’y a pas de client potentiel. »

Des essais de production et probablement un troisième forage devront d’abord être menés à Bourque, pour un total de 12 à 15 M$. Pétrolia n’a pas encore de partenaire financier autre que Tugliq pour ces travaux.

Manifestation à Haldimand n° 4

Une douzaine de personnes ont manifesté mercredi matin à Gaspé, à l’entrée du chemin qui mène au forage Haldimand n° 4, que Pétrolia reprendra dans les prochains jours. Le comité Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé demande au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, de révoquer le permis de Pétrolia en invoquant des risques pour l’environnement et la santé humaine. La présidente Lise Chartrand n’a pas reçu de réponse. « On n’est pas écoutés du tout et le ministre n’a même pas pris connaissance de notre argumentaire », dit-elle.

Par ailleurs, Pétrolia sonde par téléphone ces jours-ci les résidents de Gaspé pour connaître leur opinion sur le projet Haldimand. Dans leurs questions, les sondeurs glissent que la firme est québécoise, que Québec a adopté une réglementation sur l’eau potable tel que demandé par la Ville de Gaspé et qu’une étude de l’INRS confirme l’innocuité du forage pour les sources d’eau potable.