• samedi 14 décembre 2019 18 h 32

  • Météo

    0°C

  • Marées

Actualités

24 juin 2013 9 h 03

Réouverture du Centre d’interprétation du cuivre : un nouvel élan?

MURDOCHVILLE – Les administrateurs du Centre d’interprétation du cuivre (CIC) de Murdochville comptent sur sa réouverture en grande pompe pour lui donner un nouvel élan.

Un CIC flambant neuf a été inauguré jeudi, 15 mois après sa destruction par un incendie. La reconstruction du principal attrait touristique de Murdochville, au coût de 1,3 million de dollars, a été payée par l’assureur.

« Comme il a déjà été »

« On prévoit que le CIC va se repositionner comme il a déjà été, indique le président du CIC, William Hogan. On a un bon plan de communication et la réouverture grandiose va aider. »

Le CIC, qui date de 1988, accueillait 4000 visiteurs ces dernières années, mais en a déjà reçu plus de 7000. Il avait rouvert de justesse au printemps 2011, après que la municipalité ait épongé une dette de 60 000 $.

L’attrait rouvre à temps pour accueillir les anciens de Murdochville qui participeront aux fêtes du 60e de la fondation de la ville, fin juillet.

Le CIC a aussi obtenu à nouveau la permission d’Xstrata d’emmener ses clients sur le site de l’ancienne mine à ciel ouvert, indique M. Hogan, même s’il reste « quelques ficelles à attacher ».

L’expo rafraîchie

Le bâtiment neuf est presque identique à l’ancien. Les visiteurs pourront toujours descendre dans la galerie Miller habillés en mineurs. Quant à l’exposition sur la géologie, l’histoire de Murdochville et l’utilisation du cuivre, elle a été rafraîchie.

« On a réadapté le contenu en prenant en considération les commentaires sur le comportement des visiteurs », explique Mario Longpré, de Médialog, la firme qui a réalisé l’exposition.

Des souvenirs de famille

Le CIC a regarni sa collection d’artéfacts, partie en fumée, grâce aux souvenirs de famille des Murdochvillois. Jean-Pierre Chouinard a légué le casque de mineur de son père, qui a travaillé à la mine de  Murdochville de 1954 à 1991. « Le premier trou de drift en-dessous de la terre, c’est mon père [Félix Chouinard] et son frère Yvon qui l’ont fait. »

Quelques artéfacts retrouvés dans les cendres, dont une lampe de mineur et une lunette d’arpenteur, sont aussi exposés.

Étiquettes :