• samedi 14 décembre 2019 23 h 52

  • Météo

    1°C

  • Marées

Actualités

12 août 2014 15 h 22

Secteur public : négociations difficiles à venir

Partager

CHANDLER – Le nouveau vice-président régional Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine de la Fédération de la santé et des services sociaux de la Centrale des syndicats nationaux (FSSS-CSN), Michel Cyr, estime que la prochaine ronde de négociations dans le secteur public sera difficile alors que le gouvernement Couillard a mis en place son plan pour atteindre l'équilibre budgétaire, annonçant déjà des heures difficiles dans le budget du printemps prochain.

« Depuis les 10 ou 15 dernières années, aussitôt qu’une convention collective se termine, le gouvernement est toujours en »manque d’argent » et cherche toujours à faire des peurs pour qu’on arrête nos demandes », illustre Michel Cyr pour démontrer les difficultés à venir.

« Ça va être dur », lance-t-il lorsqu’on lui demande de qualifier la prochaine ronde de négociations.

Une tournée des syndiqués se fera cet automne afin d’obtenir leurs revendications pour monter une proposition globale de négociations d’ici la fin de l’année. La CSN demandera des augmentations de 13,5 % pour les trois prochaines années de la convention collective. L’actuel contrat de travail viendra à échéance le 31 mars prochain.

« Nos priorités sont vraiment côté salarial. On va les présenter à nos membres et on espère qu’ils seront satisfaits de nos demandes », souligne M. Cyr qui souhaite une vaste mobilisation afin de faire pression sur le gouvernement et obtenir gain de cause.

Il ne souhaite pas ouvrir le jeu sur le régime de retraite, alors que le débat fait rage sur la question des déficits actuariels. Les policiers notamment revendiquent fort le maintien des acquis et la libre négociation sur cet enjeu. « On va laisser le gouvernement amener des propositions pour voir si ça en vaut la peine », explique M. Cyr.

Alors que Québec a annoncé de nouvelles compressions dans le secteur de la santé, Michel Cyr se demande comment les dirigeants les appliqueront. Selon lui, « on est rendu à couper dans l’os. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire pour réussir à couper. »

Un homme impliqué

Élu par acclamation comme vice-président régional le 26 juin et en place depuis le 2 juillet, Michel Cyr s’implique depuis 2006 dans les affaires syndicales.

Menuisier de métier et président du syndicat du CSSS du Rocher-Percé depuis 2011, il représentait les employés de bureau, des services auxiliaires et les préposés aux bénéficiaires, notamment.

« Je pense être un gars de défi. Je suis un rassembleur. Je veux que notre région soit représentée de façon efficace. Je suis un gars à l’écoute des besoins, soutient M. Cyr. Je me sentais prêt à prendre ce dossier en main. »

Étiquettes :