• dimanche 15 décembre 2019 10 h 33

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

7 mai 2013 9 h 48

Selon Gaétan Lelièvre, le PQ fera mieux que les libéraux

Partager

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Le député de Gaspé riposte aux attaques récentes des libéraux qui accusent son gouvernement de se traîner les pieds. Selon Gaétan Lelièvre, le Parti québécois fera encore mieux que le gouvernement libéral.

La semaine dernière, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de régions et de ruralité a fait une sortie en règle contre le gouvernement Marois. Dominique Vien alléguait que la Gaspésie était bien malmenée par le gouvernement péquiste et que le ministre responsable de la région, Gaétan Lelièvre, manquait de vision.

Le principal intéressé accueille ces critiques avec un grain de sel. «Mme Vien fait son travail de critique de l’opposition, interprète-t-il. Il faut prendre ça avec beaucoup de modération. Mme Vien est quelqu’un avec qui je travaille régulièrement. En politique, comme on n’est pas tous du même parti, il faut accepter qu’il y ait des questionnements. Mais, au-delà de ça, j’ai la ferme conviction que la Gaspésie est très bien servie et va l’être très bien sous le gouvernement du Parti québécois.»

Stratégie pour la région

Le ministre délégué aux Régions rappelle que la Gaspésie a connu, selon lui, un important essor sur le plan économique au début des années 2000, suite à la mise en place du premier plan de relance de la Gaspésie, porté par le premier ministre de l’époque, le péquiste Bernard Landry. «Nous sommes en train d’élaborer une stratégie qui est à peu près similaire, avance-t-il. Il y a des résultats qui vont se faire sentir très prochainement.»

M. Lelièvre souligne que l’annonce faite vendredi par son gouvernement en matière d’éducation en Haute-Gaspésie en est un exemple. «C’est le premier élément majeur du contenu de la stratégie, précise-t-il. Un projet de tout près de 9 millions dans la MRC de La Haute-Gaspésie, ça fait plusieurs décennies qu’on n’avait pas entendu ça. C’est un premier pas.»

Dévoilement imminent

«La stratégie s’en vient, fait savoir le parlementaire. Dans les prochains jours, Mme Marois sera probablement en Gaspésie pour l’annoncer. Les Gaspésiens et les Madelinots vont être en mesure de constater le plan d’action que le gouvernement du Québec propose pour la région et je suis convaincu que ça va être à la grande satisfaction des acteurs locaux et régionaux.»

Gaétan Lelièvre indique que la stratégie du comité interministériel pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine sera un genre de plan de match pour les cinq prochaines années, lequel comportera des éléments majeurs de développement économique.

 «On va tenter d’y inclure non seulement des bonbons ou des «plasteurs», décrit-il. On a eu beaucoup de «plasteurs» par le passé, qui étaient le fruit de l’improvisation de la part d’autres gouvernements. Nous, on va travailler sur des choses réalistes, à partir de conditions de base au développement, afin de donner à la région un coffre d’outils pour se prendre en main.»

Selon lui, ces éléments majeurs graviteront notamment autour du transport, de l’éducation, de la santé et des communications. «Autour de ça, on va pouvoir greffer des projets socio-économiques», signale le politicien.

Budget réservé à la région

La députée libérale, Dominique Vien, soutient que les 6 millions prévus au dernier budget pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine n’existent plus. «Je ne comprends pas, a laissé tomber le ministre responsable de la région. Si Mme Vien prenait la peine d’aller vérifier dans le budget du gouvernement, c’est clair, net et précis. C’est indiqué. On a une enveloppe de 6 millions dédiée au programme conjoncturel qui est unique pour la région de la Gaspésie-Les Îles.»

«Le programme est à se mettre en place, se défend-il. On est en train de modifier certains paramètres parce que c’est un programme qui remonte à plusieurs années. Il m’apparaissait important d’améliorer son contenu pour qu’il réponde davantage à la réalité de la Gaspésie et des Îles en

2013. Ce n’est qu’une question de semaines. Les projets sont sous analyse et il n’y aura aucun retard.» Le député espère que le coup d’envoi du programme puisse être donné en juin.

Étiquettes :