• dimanche 15 décembre 2019 08 h 45

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

22 mai 2013 16 h 06

Six minutes pour briser les préjugés sur la Gaspésie

GASPÉ - La Commission jeunesse de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CJGÎM) a lancé le concours «brise les mythes» afin de modifier les préjugés sur la région. Six vidéos amateurs sont en lice sur Internet, brisant par exemple l’idée du Rocher Percé comme unique chose à voir ou du chômage chez les jeunes.

«C’est maintenant facile de faire des vidéos, les gens aiment les partager sur les réseaux sociaux et cela permet de libérer son imagination», explique la porte-parole de la commission, Sandra Mc Neil. Âgés de 17 à 36 ans, ces travailleurs et étudiants québécois ont cherché à montrer de différentes manières la Gaspésie.

Six personnes ont proposé leur film d’une minute pour montrer leur vision, en allant contre les stéréotypes. Les votes pour élire la meilleure production s’arrêteront vendredi à 16 heures. 

« Ça sent la crevette ? Non. »

«Nous avions proposé le mythe de l’absence d’emploi en Gaspésie mais les participants se sont attaqués à d’autres idées véhiculées qui ne reflètent pas la réalité. Par exemple : Y’a juste le Rocher Percé ou ça sent la crevette», décrit Mme McNeil.

Les participants utilisent l’humour pour illustrer les clichés sur le chômage des jeunes ou l’alcoolisme. Sur les six, deux personnes résident en dehors de la région. «C’était aussi un moyen de se confronter à un point de vue extérieur», ajoute Mme McNeil.

Un solde migratoire positif

Pour la CJGÎM, ce concours rentre dans le cadre de la stratégie d’établissement durable qui sera lancée en juin avec la Conférence régionale des élus (CRÉ).

Les statistiques de la commission jeunesse montrent que la région se peuple peu à peu. Le solde migratoire, toute tranche d’âge comprise est neutre cette année, après avoir été positif au cours des deux dernières années. 

«La tranche d’âge des 15-24 part souvent continuer des études universitaires en dehors de la région mais ce qui est positif c’est que depuis 10 ans, il y a plus de personnes âgées de 25 à 34 ans qui s’installent en Gaspésie qu’il n’en part», analyse l’agente de  communication. Le solde migratoire des 0-14 ans est positif, ce qui signifie que les jeunes reviennent avec des enfants.