• vendredi 01 mars 2024 01 h 04

  • Météo

    -15°C

  • Marées

Actualités

Concours
8 juin 2023 14 h 44

TEXTE GAGNANT CATÉGORIE ÉTUDIANT ET COUP DE COEUR DU JURY

C’est avec fierté que l’équipe de GRAFFICI poursuit avec son 4e concours d’écriture consécutif, cette fois sous le thème « Ailleurs ». Les gagnants recevront chacun un chèque-cadeau de 250 $ qu’ils pourront utiliser dans une librairie agréée de la région. Nous désirons souligner une fois de plus l’apport de Philippe Garon au concours, par l’offre d’ateliers d’écriture gratuits sur le territoire. Cette année, le jury était composé de Suzanne Doucet, Marie-Claire Martin, Agathe Bourque et Alvina Levesque, qui ont pris grand plaisir à lire les textes soumis. Le tout a été rendu possible grâce aux partenaires du journal que sont les caisses Desjardins de la Baie-des-Chaleurs, la démarche Complice –Persévérance scolaire Gaspésie-Les-Îles, Courant culturel et l'entente de développement culturel du Rocher-Percé. Bonne lecture!

Catégorie Étudiant

Lauriane Duguay
5e secondaire de l’école C.-E.-Pouliot

Lyst nadiyi (Lettre d’espoir)

Ma chère Olena, si tu savais à quel point ton papa et moi t’avions désirée. Pardonne-moi de n’avoir que cette vie à t’offrir. Cachée parmi ces inconnus, entre ces murs empreints de tristesse, loin de la chaleur du soleil pour cajoler ta peau et faire briller tes yeux. Pardonne à notre pays, dans tout son malheur, ainsi qu’à cette nation à laquelle tu appartiens, aussi abstraite de gaieté soit-elle aujourd’hui. Je n’ai plus de force pour la colère; mon coeur saturé n’a plus que l’espace pour t’aimer et espérer un avenir meilleur.

Ton arrivée eut lieu plus tôt que prévu, au beau milieu du chaos et de la folie des bombardements s’abattant sur notre ville sans répit. J’aurais tant aimé que ton père puisse sentir ton odeur, te découvrir de ses propres yeux. Car mes mots ne surent lui décrire ta beauté, au travers de l’appareil téléphonique reliant notre famille
à des kilomètres de distance. Je me console en admirant sa bravoure à défendre la liberté de notre pays, puis à la pensée qu’il sera sans doute ton plus grand héros.

Je me remémore sans cesse ma propre enfance au coeur d’Izioum, ma ville bien-aimée. Je contemple sa beauté dans mes souvenirs, ses jardins au printemps, ses montagnes à couper le souffle, ses maisons à l’architecture aussi vieille que le monde, puis son paysage se métamorphosant au rythme des saisons. De sombres pensées envahissent presque aussitôt mon esprit: les tournesols recroquevillés au nom des coeurs
brisés, les flammes jaillissant dans l’obscurité du ciel, tous ces corps sans lueur de vie, puis notre histoire, si injustement dérobée.

Je me demande si tu connaîtras un jour ce bonheur, ma douce petite fille. Celui de vivre au sein d’une communauté et d’une terre qui sont tiennes. Te sentiras-tu en sécurité dans ce monde s’écroulant à vue d’oeil, ayant plus que jamais besoin d’amour et de protection? Sauras-tu t’y retrouver parmi les décombres de notre passé? Je rêve d’un jour meilleur. D’un jour où le son des bombes ne sera qu’un lointain souvenir, et que plus libres que jamais, nous découvrirons ensemble toutes les merveilles de notre monde, sous ton regard ébahi. Mais plus que tout, je rêve d’un jour où sans crainte, je t’observerai t’épanouir en la petite ukrainienne que tu es.

Coup de coeur du jury

Manon Lévêque
St-Omer

Ti-Bonhomme (Nouvelle pour enfants)

Dehors, la lune est pleine. Le ciel gris n’ose pas voiler son visage éclatant. Ce soir, c’est la reine. Comme chaque mois, elle illumine les ténèbres de sa plus grande joie. Ti-Bonhomme aime tellement ce rendez-vous. Souvent, il lui confie ses peines, comme un rituel. Il imagine qu’elle le serre dans ses bras et que son amour
efface tout. Une douce chaleur traverse alors son petit corps et le remplit à nouveau d’espoir. Il se rappelle que la magie existe, même quand Alma la lune s’en va.

Le vent fort des derniers jours s’est complètement dissipé depuis qu’Alma est là. Le silence qui l’entoure la rend particulièrement belle. Sa rondeur enveloppante et sa robe orangée éblouissent Ti-Bonhomme qui ne décroche plus ses yeux d’elle. Elle brille de toute sa puissance. Ce soir, quelque chose est différent, presque imperceptible, mais Ti-Bonhomme le sent, le sait. Même les arbres dénudés, majestueusement dressés vers le ciel, semblent attendre une arrivée.

Ti-Bonhomme baisse les yeux et se sent soudainement seul. Non loin de lui, ses amis se sont assoupis près du feu qui crépite. Pourquoi dorment-ils autant ? se demande-t-il. Ils restent là, devant la cheminée ou sur le divan du salon, presque toute la journée. La nuit encore, il paraît que c’est fait pour ça, mais le jour ! Il y a tellement de choses à voir, à sentir, à goûter, tant d’explorations à faire. Ti-Bonhomme aimerait les réveiller et partager avec eux ses découvertes. Surtout, il aimerait leur présenter Alma. Celle qui, par sa lumière, fait battre à tout rompre son petit coeur d’enfant. Celle qui lui restera fidèle, son amie de toujours. Il a souvent envie de leur en parler mais a peur qu’ils ne comprennent pas et se moquent de lui. Sa relation avec Alma est si spéciale et importante pour lui qu’il ne le supporterait pas.

Alors qu’Alma poursuit tranquillement son ascension, sa robe change de teinte pour devenir dorée. Elle aime offrir ce spectacle à ceux qui la regardent. Elle sait qu’ils en ont besoin. Les âmes terrestres ressentent souvent de la peine, de la colère ou de la solitude, comme Ti-Bonhomme. Et Alma sait que, par sa présence magnétique, elle leur rappelle la puissance de l’amour. Cette force invisible et omniprésente qui relie toute chose, sur terre et au-delà. Et ce message est important, peut-être même le plus important.

Ti-Bonhomme pose à nouveau les yeux sur Alma et sourit en sentant le poids de sa solitude s’évaporer. Alors qu’il prend une profonde respiration de soulagement, une sensation de décharge électrique le traverse de tout son long. Une énergie agréable mais très étrange l’envahit. Il veut sauter partout, grimper jusqu’à la cime des arbres, et sentir le froid glacer ses os. Il avait raison, quelque chose est en train de se passer. La lune n’est pas venue seule ce soir. Alors qu’il regarde attentivement dehors, des petites boules blanches commencent à illuminer le ciel. Légères comme des plumes, elles semblent être des poussières d’étoiles. Un cadeau d’Alma pour égayer l’hiver, se dit-il émerveillé par tant de beauté.

Habité par une joie nouvelle, Ti-Bonhomme se met à se dandiner et sa voix à chanter. Des pas feutrés se font entendre derrière lui. Un son familier qu’il aime tant. Son coeur bat de plus en plus fort, il percute sa poitrine de sa plus belle musique. Les pas se rapprochent. Une main douce et aimante lui caresse la tête. Quel bonheur ! Il lève alors les yeux et voit l’autre main lui ouvrir la porte. Le spectacle est enfin devant lui et la scène lui tend les bras. Son petit corps est emporté par des rythmes enivrants, il danse avec la neige qui tombe maintenant généreusement. Le poil mouillé et la truffe pointée vers le ciel, il remercie son éternelle amie.