• mercredi 11 décembre 2019 06 h 15

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

19 mars 2013 15 h 06

Treize œuvres au festival du cinéma documentaire de Gaspé

Partager

La troisième édition du festival du cinéma documentaire Vues sur Mer présentera 13 œuvres et recevra cinq cinéastes du 11 au 13 avril prochain à Gaspé. 

L’organisation travaille depuis septembre dernier pour préparer cette édition. «Le festival va permettre à la population de profiter de belles œuvres gaspésiennes et québécoises», dit la responsable de la direction du festival, Monica Normand.

Lors de sa première année en 2011, Vues sur mer avait enregistré 313 entrées, un chiffre qui a doublé l’an dernier, à 631. L’organisation demeure modeste pour la troisième édition. «Cette année, les objectifs sont grands. On veut au moins maintenir les 650-700 entrées et si on peut augmenter, on sera contents», affirme Mme Normand.

En marge du festival, des ateliers causeries se tiendront à Rivière-au-Renard et au campus de Gaspé du Cégep de la Gaspésie et des Îles. La présidence d’honneur a été confiée au cinéaste Serge Giguère.

Financer un tel festival

La troisième édition du festival composera avec un budget d’environ 33 000 $.

Même s’il a pu bénéficier de l’aide gouvernementale jusqu’à maintenant, rien n’est acquis cette année, compte tenu des compressions annoncées au Ministère de la culture et dans le programme culturel de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM).

«Si on se fit à l’édition 2012, l’aide gouvernementale représentait 75% du budget. Cette année, le dépôt des demandes se fait durant le festival ce qui a compliqué les choses», explique Mme Normand.

L’organisation a dû se tourner vers le milieu pour amasser le budget de fonctionnement. Jusqu’à maintenant environ 22 000 des 33 000$ ont été amassés. «On a fait le budget le plus humble possible compte tenu des coupures gouvernementales. Si on a plus de subventions, cela nous permettra de faire des activités tout au long de l’année. Mais on ne peut parler de ces projets pour l’instant», dit-elle.

Les demandes au Ministère de la Culture et à la CRÉGÎM ne sont pas comptabilités dans les budgets. «On aurait de 15 000 à 20 000$ si l’ensemble des programmes était accepté. Mais ce n’est pas prévisible d’avance. On reste modeste dans nos décisions immédiates», indique Mme Normand.

Étiquettes :