• mercredi 11 décembre 2019 07 h 39

  • Météo

    -8°C

  • Marées

Actualités

25 mars 2013 12 h 04

Urgences de nuit : Lelièvre souhaite le maintien des services

Partager

Le député de Gaspé et ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, entend se «battre» afin de maintenir les services d'urgences de nuit menacés à Grande-Vallée, à Murdochville et à Paspébiac.

Prenant la parole devant une centaine de gens d’affaires lundi matin à Gaspé, M. Lelièvre a été très clair : «On ne pourra pas fermer une urgence de nuit à 100 kilomètres d’un hôpital. J’en ai parlé au ministre Hébert [le ministre de la Santé] et quand je lui ai parlé de 100 kilomètres il m’a dit »pourquoi tu t’inquiètes? » C’est un dossier que je vais me battre pour», a signifié le député.

Le ministre responsable de la région a rappellé à l’assistance que le réseau de la santé de la Gaspésie doit composer avec un déficit global de 6 millions de dollars, et que l’analyse des services est faite dans le cadre d’une étude provinciale sur les façons d’offrir les soins de santé la nuit. Le seul Centre de santé et de services sociaux qui n’a pas de déficit dans la région est celui de la MRC du Rocher-Percé.

«Oui, il va y avoir des changements qui vont être faits, mais il faudra trouver des alternatives qui seront les moins contraignantes pour la population, et cette solution [la fermeture] me paraît inimaginable», a ajouté M. Lelièvre.

Il a rappelle que la santé fait partie des conditions de base pour assurer le développement des milieux.

Reconduction des budgets pour la forêt

Le ministre avait par ailleurs une bonne nouvelle pour la région. Les travaux d’aménagement forestier pourront compter sur la même enveloppe qu’au cours des trois dernières années, soit une somme de 12 millions de dollars pour la région Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

«La ministre Martine Ouellet avait coupé ce budget à 9 millions. Présentement, on est arrivé à 12 millions. On tente d’atteindre le 15 millions $. Les gens avaient raison de s’inquiéter. On a convaincu la ministre que 9 millions $, ce n’était pas suffisant», a indiqué M. Lelièvre.

Rappelons que les travailleurs forestiers étaient montés aux barricades  au début du mois de mars pour dénoncer les coupures de Québec dans les budgets alloués à la sylviculture. 

Étiquettes :