• dimanche 08 décembre 2019 15 h 40

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Actualités

22 septembre 2014 9 h 05

Voie ferrée : la SCFG réduit ses demandes à 70 M$

Partager

GASPÉ – La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) revoit ses demandes à la baisse et réclame pour l'instant 70 M$ afin de permettre une reprise de la circulation ferroviaire en tenant compte du potentiel économique de la voie ferrée. Au départ, la somme nécessaire était de 107 M$.

« C’est plus modulé. On a déposé une demande de mise à niveau pour une première phase qui va jusqu’à Chandler pour les clients déjà en opération et les demandes pour la future cimenterie de Port-Daniel », indique le président de la SCFG, Éric Dubé.

Cette première phase de 35,5 M$ permettra de remettre à niveau le réseau à 100 % de sa capacité, soit à 263 000 livres. Il s’agit essentiellement de réparer quatre ponts à Cascapédia-Saint-Jules,  Caplan, Saint-Siméon et des piliers de pont à Port-Daniel. Un montant de 2,4 M$ est réservé pour le tronçon Chandler-Gaspé pour le maintien de la circulation notamment pour le train touristique et permettre la circulation pour des trains de petites charges de 225 000 livres.

La deuxième phase, également de l’ordre de 35 M$ sur le tronçon Chandler-Gaspé vise à permettre le retour du train de Via Rail à Gaspé, lui qui ne circule plus sur ce tronçon depuis décembre 2011 en raison de la faible capacité portante des ponts.

« On a vraiment fait nos demandes pour cadrer avec les activités économiques de la voie ferrée. Par exemple, on sait que la cimenterie aura besoin du train. Ce qu’on demande, c’est vraiment pour remettre à niveau le rail. Par la suite, il faut démontrer qu’on a des clients », indique M. Dubé.

Quant aux 35 derniers millions manquants afin d’avoir un rail permettant une pleine capacité de charge sur le tronçon Chandler-Gaspé, le message est clair : « La journée où vous aurez un projet économique nécessitant le rail, on fera les travaux. Dans le contexte où le gouvernement cherche à couper partout, c’est clair que de demander un réseau à pleine capacité et avoir des tronçons qui ne sont pas utilisés, c’est difficile à défendre », illustre M. Dubé.

Pour la première phase, l’échéancier est fixé à l’automne 2016 afin d’être prêt pour l’ouverture de la cimenterie et à l’automne 2017. Pour le tronçon Chandler-Gaspé afin de permettre le retour de Via Rail à Gaspé, la SCFG n’a pas l’assurance d’un retour du train de passagers. « On n’est pas rendu là », dit M. Dubé.

Entre-temps, une demande de 1,3 M$ est faite afin de voir à l’entretien régulier de la voie ferrée pour garantir la sécurité du réseau. Cette somme permettrait à la SCFG de se rendre au printemps prochain, moment espéré pour obtenir l’aide gouvernementale afin de réaliser la première phase des travaux.

Étiquettes :