• vendredi 06 décembre 2019 21 h 00

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

7 février 2013 13 h 07

Assurance-emploi : Ottawa et Québec vont se parler

Partager

Une rencontre au sommet se tiendra sous peu entre Québec et Ottawa afin de faire le point sur les conséquences de la réforme de l'assurance-emploi.

Le ministre délégué aux Régions et responsable de la Gaspésie-les-Îles, Gaétan Lelièvre, indique que la ministre québécoise de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, sera à Ottawa lundi prochain pour rencontrer son homologue fédérale dans le but avoué de faire reculer le gouvernement canadien concernant ce dossier.

«Mme Maltais va rencontrer la ministre des Ressources humaines, Diane Finley, le 11 février afin de revoir sa réforme et tenter de diminuer ses conséquences. Il est inacceptable d’obliger un travailleur saisonnier, gagnant un salaire déjà très modeste, à se déplacer à une heure de chez lui pour gagner un salaire 30% moins élevé. Les nouvelles mesures fédérales plongeront des milliers de familles québécoises dans une situation où elles seront privées de revenus pendant plusieurs semaines, recréant ainsi le trou noir».

M. Lelièvre tient à dire que jamais Ottawa n’est allé aussi loin concernant des modifications apportées au programme d’assurance-emploi, tant dans la teneur que dans le ton employé qui, selon lui, frôle le mépris. «Après 30 ans au service du développement régional, c’est la première fois que je vois une telle réforme du programme, en plus d’entendre des termes aussi irrespectueux que “chômeurs récidivistes’’. C’est pratiquement une campagne de mépris à l’égard des travailleurs saisonniers».

Saisonnalité

M. Lelièvre fait par ailleurs remarqué que «la saisonnalité dans les régions du Québec ce n’est pas nouveau. Ça a toujours existé et ça va exister pour un bon bout de temps. D’ailleurs, quand on sait que le gouvernement fédéral a pigé 57 milliards de dollars dans la caisse d’assurance-emploi pour ensuite le verser dans le fonds consolider du gouvernement,  je pense que le terme “récidiviste’’ ne s’applique pas aux travailleurs, mais plutôt au gouvernement».

Étiquettes :