• samedi 02 juillet 2022 04 h 56

  • Météo

    15°C

  • Marées

Actualités

Concours
9 juin 2022 9 h 04

Concours d’écriture 2022 du journal GRAFFICI – texte de Séphorah Paquin

Le concours d’écriture de GRAFFICI était de retour en force cette année et toute notre équipe tient à féliciter les gagnants des différentes catégories. Chacun d’eux recevra un chèque-cadeau de 250 $ qu’il pourra utiliser dans une librairie agréée de la région, grâce à la contribution financière des caisses Desjardins de la Gaspésie. Comme nous n’avons eu aucun texte de la catégorie « Élève du secondaire, français langue seconde», nous vous présentons deux textes de la catégorie « Élève du secondaire ». Toute cette démarche n’aurait pas été possible sans la précieuse collaboration de Desjardins, de la démarche Complice – Persévérance scolaire Gaspésie-Les Îles, ainsi que de nos nombreux partenaires que nous remercions chaleureusement. Merci également à l’instigateur du projet, Philippe Garon, qui a aussi assuré la production de trois capsules vidéo, ainsi que l’offre d’atelier d’écriture gratuite sur le territoire. Enfin, merci aux membres du jury Sylvie Poisson, Marie-Claire Martin et Alvina Levesque, qui n’ont pas eu la tâche facile afin de départager les oeuvres reçues. Bonne lecture et, espérons-le, à l’an prochain!

Gagnante de la catégorie « ÉLÈVE DU SECONDAIRE », première position

#1 Séphorah Paquin de Sainte-Anne-des-Monts, 14 ans, secondaire 1

Bulle, bulle, bulle

C’était le matin. Sous l’eau, la Baie-des-Pierres-de-Lune était remplie d’une frémissante excitation. Les préparatifs de la fête de la reine des sirènes étaient à leur comble. Toute la population rayonnait de joie à l’idée d’un remerciement ou un sourire de la part de leur bien-aimée impératrice. Les citoyens décoraient joyeusement leurs maisons tandis que les enfants décoraient la place publique et le bullier, “arbre-à-bulles”, sujet de gloire de tout le royaume.

Soudain, les trompettes retentirent. Dans un élan de joie, la foule s’amassa autour du château. Les portes s’ouvrirent et la reine glissa hors de son palais. « Aujourd’hui est un grand jour », déclara-t-elle. « Pour la première fois depuis 100 ans, le bullier porte des fruits. En guise de remerciement pour votre dévouement démontré à travers cette fête, je distribuerai à chacun de vous l’un de ces fruits. Puissiez-vous apprécier la douceur de son nectar ». Des cris de joie jaillirent de la foule. Tous firent la file pour recevoir un de ces merveilleux fruits. La fête fut un succès!

La journée touchait à sa fin lorsqu’une grande ombre mystérieuse survola la place publique! La panique et les cris se propagèrent dans la ville. Rapidement, un filet de pêcheur descendit et s’accrocha aux branches du bullier! Tous retinrent leur souffle.

À la surface;
-Que se passe-t-il, Gérard?
-Je crois que le filet est coincé!
-Avance le bateau pour voir…

Sous l’eau;
L’ombre se remit en mouvement, menaçant d’emporter l’arbre tant chéri. « Il l’emporte! » s’écria un vieil homme, s’élançant pour retenir l’arbre déstabilisé. Tous suivirent son exemple et se ruèrent sur l’arbre-à-bulles, le tirant de toutes leurs forces. Les enfants se précipitèrent pour sonner la cloche d’alarme et alerter toute la ville. La reine vit leur malheur et nagea à leur secours avec tous ses gardes. L’arbre vénéré était sur le point de se déraciner quand la reine arriva. Elle s’activa rapidement à défaire les branches du filet et sauva le bullier de son étreinte. Le peuple joyeux poussa des exclamations de joie: “Vive la reine!”

Mais à peine ces démonstrations de joie entamées, le filet remontant attrapa l’impératrice. « À l’aide !!! », s’écria-t-elle affolée. Dans un grand remous d’écume et de vagues, la reine disparut à la surface de l’eau.

À la surface;
-Euh… Raymond?
-Oui Gérard?
-Crois-tu aux sirènes?
-Mais non! Pour qui me prends-tu?
-C’est qu’il y en a une dans le filet…
-Quoi ?!? Tu me niaises?
-Ben non! Regarde.
-HA!

Sous l’eau;
« Nous sommes des minables », déclara tristement un garde. « Pauvre reine! » « Mais il est encore temps de la sauver! », affirma un autre. « Il y a un canon à vortex-bulle derrière le château! » Les gardes nagèrent à l’arrière du palais et revinrent avec le vieux canon ensablé. Ils le positionnèrent sous le bateau et le chargèrent de bulles que les citoyens leur fournirent, puis ils l’actionnèrent. Le canon fit un trou si grand dans la coque que le bateau coula. La reine était sauvée! « Je préfère l’air en bulle! », leur dit-elle.

À la surface;
-Raymond?
-Oui?
-Ils ne nous croiront jamais!
-Je sais.