• lundi 09 décembre 2019 09 h 16

  • Météo

    -2°C

  • Marées

Actualités

15 septembre 2014 10 h 33

Décentraliser les pouvoirs est la priorité de Philip Toone

Partager

GASPÉ – La gestion des ressources marines, l'assurance emploi et la décentralisation des services seront les priorités du député fédéral Philip Toone, lors de la session d'automne qui s'amorce aujourd'hui le 15 septembre, à Ottawa.

« Il va falloir que l’on regarde la question de centralisation. Il faut décentraliser les pouvoirs. On a vu la conséquence de ça. La mauvaise gestion de la ressource dans le golfe est un bel exemple », dit M. Toone, faisant référence au  bateau Ocean Breaker qui a navigué dans le golfe à la recherche de sébaste en juillet dernier.

« Pêches et Océans est en train de permettre des bateaux aspirateurs dans le golfe. C’est tout à fait inadmissible », dit-il.

Les conséquences de cette centralisation sont nombreuses : « La mauvaise gestion de la ressource dans le golfe, des décisions de Développement économique Canada qui ne tiennent pas debout, la fermeture du centre de traitement de l’assurance emploi à New Richmond, il faut que ça arrête », lance M. Toone.

Le député garde toujours en tête la question de l’assurance emploi. « C’est certain que la région a souffert énormément en raison du trou noir. Il y a des millions de dollars en moins dans l’économie régionale », souligne M. Toone, rappelant que la caisse appartient aux employeurs et aux employés.

« Il faut que ce soit eux qui en bénéficient et non pas les politiques injustes du gouvernement Harper. »

La question des transports – quais, autobus, train – retiendra aussi l’attention du député, dans un contexte où la survie du service d’autocar d’Orléans Express est sur la place publique.

Une politique de la ruralité

Afin de permettre aux régions de l’ensemble du pays de se démarquer, le député néo-démocrate entend proposer une politique de la ruralité au cours des prochains mois.

« La plupart des ressources du Canada vient des régions. Il faut que les retombées reviennent dans les régions. On a le potentiel d’une richesse assez abondante dans la région », souligne M. Toone citant en exemple le secteur des pêches « avec une saine gestion » ou les ressources pétrolières.

« Ce que j’aimerais voir à court terme, c’est que les décisions qui pourraient bénéficier aux régions soient prises dans les régions afin qu’elles décident quels projets pourraient aller de l’avant. Ce ne devrait pas être Ottawa qui décide ça », illustre le député fédéral.

« On veut prioriser les régions. On ne veut pas les vider, on veut les faire croître », dit M. Toone.

Étiquettes :