• samedi 14 décembre 2019 23 h 45

  • Météo

    2°C

  • Marées

Actualités

23 mai 2012 16 h 46

Garde côtière : une «technologie désuète» à Rivière-au-Renard

La radio maritime de Rivière-au-Renard a une technologie désuète, affirme la Garde côtière pour justifier sa fermeture, et les centres qui prendront le relais seront modernisés, promet l’institution.

La semaine dernière, les 16 employés de la radio maritime de Rivière-au-Renard ont appris que leur centre sera fermé en 2014 ou en 2015, comme celui de Longueuil. Dans la province, seuls les centres de Québec et des Escoumins (près de Tadoussac) demeureront.

À la Garde côtière, on a refusé de nous accorder une entrevue avec un responsable. On nous a plutôt répondu par courriel.

Les centres comme celui de Rivière-au-Renard offrent les services «avec une technologie désuète». Ces services seront «consolidés avec ceux d’un centre plus grand, mieux équipé et avec plus de ressources qui sera modernisé en [sic] Québec.»

Selon la Garde côtière, la technologie actuelle limite la capacité des centres de se relayer ou de répartir la charge de travail en cas d’urgence ou d’événements imprévus, comme des pannes d’électricité.

«Les installations modernisées pourront capter tous les signaux des autres installations, écrit la Garde côtière. Certains seront chargés d’un plus grand territoire et recevront en conséquence du personnel et des ressources supplémentaires.»

De 44 centres, à 22… à 12

Le nombre de centre de communication passera de 22 à 12 dans l’ensemble du Canada. Dans les années 90, rappelle la Garde côtière, ce nombre a déjà diminué de 44 à 22.

Le centre de Rivière-au-Renard couvre le golfe du Saint-Laurent. Il reçoit les appels de détresse des pêcheurs, des plaisanciers et des pilotes de la marine marchande et diffuse des renseignements pour assurer leur sécurité.

Au Québec, seulement 15 des 34 postes supprimés dans des centres de communication seront créés ailleurs. Des pêcheurs et des élus craignent que les employés basés aux Escoumins connaissent moins bien le golfe du Saint-Laurent, et que les appels d’urgence soient mal compris.