• lundi 09 décembre 2019 04 h 43

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

8 octobre 2014 16 h 29

Infrastructures : Murdochville réduit ses attentes

Partager

MURDOCHVILLE – Contexte budgétaire autant municipal que provincial oblige, Murdochville est forcée de mettre la hache dans son plan d’infrastructures, faisant passer la facture de 38 à 23 M$. La mairesse, Délisca Ritchie-Roussy, souligne que des choix ont dû être faits.

« On va y aller avec les argents que l’on a », lance Mme Ritchie-Roussy.

En mai 2013, l’ex-ville minière avait présenté à la population un plan de rénovation des infrastructures municipales, qui se chiffrait à 38 M$, selon la firme BPR. Le projet consistait à la mise à niveau de l’alimentation en eau potable et du traitement des eaux usées, de la réfection des réseaux d’aqueduc et d’égout, la reconstruction de rues et ponceaux, un nouveau chalet et un remonte-pente pour le centre de ski du mont Miller et la rénovation de l’aréna.

« On avait fait nos études au complet. Il ne faut pas rêver en couleur. On avait la Cadillac. On a diminué la facture à 23 M$. La mise aux normes de nos infrastructures doit être faite. On va y aller au fur et à mesure et avec les moyens qu’on a. On se croise les doigts pour que le réseau tienne le coup », laisse tomber Mme Ritchie-Roussy.

Il y a urgence de réparer les réseaux d’eau potable et sanitaire, les infrastructures ayant 60 ans. La mairesse craint un bris majeur à tout moment. La facture totale est de 21 M$.

 « Je ne peux pas faire de prêt. On n’a pas la capacité d’emprunt », explique la mairesse de la municipalité qui compte près de 800 habitants. Le compte de taxe moyen se chiffre à 1630 $ pour une maison moyenne évaluée à 32 000 $.

« Je parle maintenant de court terme, je ne peux plus toujours parler à long terme », précise-t-elle.

La municipalité éprouve des difficultés depuis la fermeture de la fonderie de cuivre Noranda, en 2002. Durant les années 1970, Murdochville a compté plus de 5000 habitants.

Exemple de projets réduits

La Ville souhaitait rénover son aréna, un projet de 6 M$. Elle remplacera plutôt son système de réfrigération par un système éco-glace. La facture passera ainsi à près de 1 M$.

Pour la mairesse, c’est le projet le plus urgent : « Notre aréna est déficitaire de 180 000 $. Le chauffage coûte 125 000 $ par année. Le système éco-glace coûte environ 25 à 30 000 $ d’énergie. On pourrait prendre cet argent et l’investir ailleurs dans le budget municipal », illustre Mme Ritchie-Roussy qui attend des nouvelles de Québec.

Le projet de rénovation du centre de ski de 4,6 M$, qui consistait à construire un nouveau chalet et remplacer le remonte-pente, est aussi revu à la baisse. « Le chalet et le remonte-pente seront rénovés, pour environ 800 000 $ », précise la mairesse.