• dimanche 08 décembre 2019 22 h 36

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Actualités

16 juillet 2012 16 h 03

La photo en vedette pour une 3e année en Gaspésie

Partager

Avec quelque 900 photos exposées dans 14 municipalités et plus d'une trentaine de photographes d'ici et d'ailleurs, la troisième édition des Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie a été officiellement lancée mardi après-midi, à Gaspé.

Parmi ces photographes, Edward Burtynsky a fait le tour du monde au
cours des 12 dernières années afin de montrer la production, la
distribution et l’utilisation du pétrole par la population. Ces oeuvres
porteront à réfléchir, selon le directeur général et artistique, Claude
Goulet : « il n’a pas inventé les photos, il les a vues. Ce que vous
allez voir, ça porte à réfléchir parce que ça existe. Et ça nous amène à
nous questionner sur notre dépendance au pétrole », raconte M. Goulet.

L’artiste lauréat de nombreux prix voulait que ses images agissent comme
des miroirs de notre époque.

Ses oeuvres seront exposées sur la rue de la Reine et sur la promenade
Jacques-Cartier, à Gaspé De plus, une immense affiche montrant un
oléoduc est affichée sur l’un des murs extérieurs du Musée de la
Gaspésie.

Avec ces rencontres, M. Goulet vise un objectif précis : « continuer à
intéresser les gens, les Gaspésiens, à la photographie. Pour moi, c’est
important parce qu’ils sont les hôtes de cet événement-là. Faire en
sorte que les gens pensent à venir voir des photos lors de leur visite
en Gaspésie », dit-il.

Il a réussi à convaincre les quotidiens La Presse et Le Devoir d’exposer
des photographies représentant les 20 dernières années d’actualité, qui
seront présentées à Grande-Vallée et Maria, ce qui cadre bien avec le
thème de la présente édition : « Influencer la trajectoire ».

Par ailleurs, une entente doit être conclue en août avec le ministère
des Relations internationales du Québec et le Consulat de France, pour
faciliter les échanges : « cette entente permettra de faire circuler des
artistes. Quand on a l’idée de faire venir un artiste, il faut toujours
se prendre à l’avance, sinon, on n’a pas le financement. Cette entente
permet d’obtenir le budget afin de faciliter la circulation des artistes
», explique M. Goulet qui est à attacher les dernières ficelles de cet
accord.

L’an dernier, 42 000 personnes ont visité ces rencontres
internationales selon les organisateurs.

Étiquettes : ,