• samedi 14 décembre 2019 19 h 50

  • Météo

    1°C

  • Marées

Actualités

7 février 2013 14 h 06

Le CNC souhaite le rapatriement de l’assurance-emploi

Partager

Le Conseil national des chômeurs (CNC) juge de plus en plus justifiée l’idée de rapatrier au Québec le programme fédéral de l'assurance-emploi.

Les dernières révélations selon lesquelles les enquêteurs de Service Canada seraient soumis à des quotas par région visant à couper les prestations afin de faire des économies démontrent que le rapatriement est nécessaire, selon le porte-parole du CNC, Pierre Céré.

«Ça fait longtemps que le gouvernement fédéral, que ce soit sous les libéraux ou les conservateurs, pige dans la caisse de l’assurance-emploi. Écoutez, ça fait 25 ans qu’ils imposent des compressions à ce régime qui est financé par les travailleurs et les employeurs. Le gouvernement a volé la caisse de l’assurance-emploi. Alors à un moment donné, il faut arrêter de jouer au fou et se dire qu’on peut sortir de ça et rapatrier le programme pour mieux desservir les chômeurs», croit M. Céré.

Ce dernier rappelle qu’une partie du programme fédéral est déjà rapatriée au Québec depuis quelques années. «Il y a un pas qui est déjà fait sur le plan du rapatriement. On se rappellera qu’une partie de la cotisation de l’assurance-emploi, celle portant sur la prestation de maternité et parentales [destinée aux personnes enceintes, qui ont récemment accouché, qui adoptent un enfant ou qui prennent soin d’un nouveau-né]. J’estime qu’on a la capacité au Québec de poursuivre dans ce sens».

Les travaux reprendront

Le Conseil national des chômeurs a conduit une vaste consultation l’automne dernier à travers  la province afin de sensibiliser la population à l’importance de rapatrier le programme fédéral.

Et Pierre Céré indique que son organisme poursuivra prochainement ses travaux afin de faire aboutir ce projet qui reçoit l’appui du gouvernement péquiste de Pauline Marois. «On va relancer les  travaux de tout ce dossier avec un groupe d’experts très bientôt. Je suis convaincu que tout cela nous mènera à bon port à un moment donné».

Selon le CNC, 58 milliards de dollars ont, à ce jour, été puisés à même la caisse des chômeurs par le gouvernement canadien.

Rappelons par ailleurs que la ministre québécoise de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, sera à Ottawa aujourd’hui pour rencontrer son homologue fédérale, Diane Finley, pour exiger les études d’impact de la réforme au Québec.