• mardi 10 décembre 2019 21 h 27

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

20 août 2013 11 h 26

Le projet de géoparc de Percé se fait remarquer

Partager

PERCÉ - Le projet de Géoparc de Percé s'est fait remarquer au premier symposium canadien des aspirants au statut de géoparc qui s'est tenu récemment à Tumbler Ridge, en Colombie-Britannique.

Une délégation de trois personnes de la MRC du Rocher-Percé, soit la préfète Diane Lebouthillier, Francis Dumont, représentant le CLD et le porte-parole de la coopérative du Géoparc de Percé, Jean-Philippe Chartrand, s’est rendue à Tumbler Ridge  pour en faire la promotion. Il s’agissait d’une occasion unique d’en apprendre plus sur les 11 projets en cours et sur le premier et seul géoparc actuellement en opération en Amérique du Nord, soit à Stonehammer, au Nouveau-Brunswick, souligne en entrevue, Jean-Philippe Chartrand. « Notre projet a été très bien reçu. Notre présentation a été axée sur les images, la beauté des paysages et le côté spectaculaire de Percé. »

Un géoparc est un territoire géré localement comportant des caractéristiques géologiques exceptionnelles et qui poursuit des objectifs de développement local et de tourisme durable. Pour être reconnu à l’échelle internationale, un aspirant doit déposer une candidature auprès du comité national canadien pour les géoparcs. C’est ce comité qui est en lien avec l’UNESCO et le Réseau mondial des géoparcs. Il recommande les meilleurs dossiers en vue de l’obtention de la reconnaissance.

Un beau projet

Le Géoparc de Percé, qui prend place autour du Mont-Sainte-Anne, tournera autour du Centre de découverte Pierre-Dansereau. Il s’agit d’un pavillon interactif multimédia avec une passerelle d’observation de 25 mètres qui mettra en valeur le milieu géologique, historique et maritime de Percé. Un centre de recherche pour biologistes y sera aussi construit. Par ailleurs, le Géoparc entend améliorer les circuits de randonnées autour du Mont-Sainte-Anne, aménager des belvédères, mettre en valeur le site de la Grotte. Enfin, un stationnement au bas de la montagne et un service de camping léger feront également parties de l’offre du Géoparc.

Jean-Philippe Chartrand note que le dossier de Percé sera officiellement déposé devant le comité canadien le mois prochain, et il sera à l’étude au cours de l’hiver en précisant que les membres de ce même comité « viendront à Percé pour visiter le site. Je souhaite que notre dossier soir retenu » en vue d’une reconnaissance nationale et internationale. De son côté, la préfète Diane Lebouthillier confirme « que le projet de Géoparc a vraiment fait bonne impression. On a un très beau dossier et un beau projet ».

Le coût du Géoparc de Percé est évalué à plus de 7 millions de dollars, financé principalement par des fonds publics. Au mieux, il pourrait voir le jour en 2014.

Étiquettes :