• samedi 14 décembre 2019 03 h 07

  • Météo

    -6°C

  • Marées

Actualités

23 juin 2014 16 h 04

Le quai de Percé est sécuritaire pour l’instant

Partager

PERCÉ — À la lumière du tout dernier rapport sur l'état du quai de Percé, Pêches et Océans Canada ne procèdera pas cet été à la réfection de l'infrastructure, mais le ministère surveille la situation de près, indique son porte-parole, Michel Plamondon.

À la suite de l’inspection des lieux qui a été réalisée les 7 et 8 mai 2013, le MPO a mandaté la firme  CIMA+ de procéder à une inspection complète de la partie émergée du quai pour être en mesure de comparer son état actuel par rapport à 2013.

L’inspection s’est échelonnée sur deux jours, soit les 6 et 7 mai dernier : inspection visuelle du dessus de la dalle, sondage du dessus de la dalle avec une masse pour déceler les vides, inspection visuelle des palplanches, prise de mesures d’épaisseur de palplanches à l’aide d’un appareil ultrason et perçage de la dalle, sont parmi les vérifications faites par l’équipe d’experts.

Le rapport, dont nous avons obtenu copie, tient a souligner d’entrée de jeu « que les données recueillies ne sont valides qu’en fonction des observations faites lors de l’inspection. L’état d’un ouvrage dans un tel état de dégradation peut s’aggraver rapidement sous l’effet de conditions climatiques violentes. » Ainsi, on y apprend que l’état général du quai ressemble grandement à celui observé en 2013. Les travaux effectués pour le contrôle de la perte de matériaux subie l’an dernier « s’avèrent efficaces. » Par contre, il a été observé « une perte de matériaux granulaires sous le béton de remplissage mis en place en 2013 par les ouvertures des palplanches. Ce nouvel affouillement découle d’un niveau de berge supérieur lors des travaux de 2013. Des travaux visant à remplir ces cavités doivent être effectués pour éviter de continuer à perdre du matériel granulaire. L’injection de béton par le dessus de la dalle ou par le côté du quai est à envisager. »

Par ailleurs, selon l’information dont disposait l’équipe d’experts, la dernière inspection sous-marine date de 2004. C’est dans ce contexte que CIMA+ recommande la réalisation d’une nouvelle inspection sous-marine. Les experts ont aussi tenu à rappeler que le quai a atteint la fin de sa vie utile, soit 30 ans « et qu’un remplacement complet ou des travaux majeurs visant à contrôler sa détérioration devraient être entrepris à court terme » avant d’ajouter ceci : « L’utilisation du quai pour la circulation piétonne est acceptable, mais nous devons vous avertir qu’un effondrement soudain est possible en cas de sollicitation extrême. »

Dans cette optique, lit-on plus loin, lors d’une tempête, l’accès au quai devrait être strictement interdit et une inspection devrait être effectuée avant d’autoriser sa réouverture.

Finalement, les recommandations émises en 2013 en lien avec l’amarrage des bateaux demeurent de mise, soit  qu’aucun amarrage ne sera autorisé du côté ouest et qu’aucune circulation de véhicules n’est autorisée sur le quai, mis à part les VTT avec remorque utilisés par les pêcheurs pour transporter leurs prises quotidiennes. La circulation doit se faire dans ce cas le plus près du centre du quai. Le MPO prend acte du rapport de CIMA+ et de ses recommandations. Son porte-parole, Michel Plamondon précise « que le statu quo est maintenu vu l’état actuel du quai et que la sécurité demeure la priorité du ministère. »

Étiquettes : ,