• vendredi 06 décembre 2019 13 h 55

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

4 septembre 2012 22 h 03

Les libéraux perdent leur château fort dans Bonaventure

Le candidat du Parti québécois (PQ), Sylvain Roy, a remporté la victoire dans la forteresse libérale de Bonaventure. Avec 48 % des voix, il est arrivé en tête du scrutin, devant son adversaire libéral, Damien Arsenault, qui a obtenu 35 % des voix.

Pour une deuxième fois depuis une cinquantaine d’années, les citoyens de la circonscription de Bonaventure seront représentés par un député du PQ à l’Assemblée nationale. Le Parti libéral a régné sur la circonscription depuis plus de 50 ans, sauf entre 1994 à 1998, période pendant laquelle le péquiste Marcel Landry a été député.

M. Roy fera partie d’un gouvernement péquiste minoritaire du Parti québécois, dont le nombre de sièges à l’Assemblée nationale s’élèvera à 54. L’opposition officielle, formée du Parti libéral, compte pour sa part 50 sièges. La Coalition avenir Québec (CAQ) a fait élire 19 députés et Québec solidaire deux.

En récoltant 48 % des voix, Sylvain Roy voit ses appuis augmenter de près de 11 % par rapport à la dernière élection. À l’opposé, son adversaire libéral a subi une baisse de 14 points. 

Autres résultats

Pour sa première tentative dans Bonaventure, la CAQ, représentée par Jean-Marc Landry, a récolté 11 % de la faveur populaire. Le parti fusionné à la CAQ, l’Action démocratique du Québec, avait récolté 2 % des voix en décembre dernier, dans ce qui a été la dernière campagne électorale de son histoire.

La candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, a obtenu 5 % des voix, ce qui représente une perte de 4 points par rapport à la dernière élection.

Louis-Patrick St-Pierre, le jeune candidat de la nouvelle formation politique souverainiste, Option nationale, a quant à lui reçu l’appui de 1 % des électeurs.

Le taux de participation a atteint 68 %, soit un pourcentage plus élevé qu’au taux de 55 % enregistré lors de l’élection partielle de décembre 2011.

Les réactions

Élu avec une forte majorité de plus de 3 000 voix dans une forteresse libérale, le péquiste Sylvain Roy, s’est dit fort heureux de sa victoire. «C’est le travail accompli depuis l’élection partielle de décembre dernier qui nous a permis de remporter cette victoire», souligne M. Roy.

Le péquiste est conscient que plusieurs dossiers l’attendent sur sa planche de travail au cours des prochaines semaines, notamment ceux de la Maison le Radeau, du Centre Émilie Gamelin et du Centre l’Accalmie. M. Roy souligne qu’il va «s’asseoir avec Mme Marois pour établir la stratégie du comité ministériel avec le fonds de développement de 5 millions de dollars afin d’avoir accès à celui du développement des régions de 500 millions de dollars.»   

Le député sortant défait, Damien Arsenault, a d’abord tenu à féliciter son rival péquiste avant de souligner que les «neuf ans de pouvoir» du Parti libéral ont «pesé fort» dans la balance. «Je vais prendre un peu de repos en ensuite entamer une réflexion», a laissé savoir l’ancien maire de St-Elzéar.

Troisième derrière le péquiste et le libéral, le candidat de la CAQ, Jean-Marc Landry, s’est dit tout de même heureux de la performance de son parti à l’échelle provinciale. «Un Québécois sur trois a appuyé la Coalition. Dans Bonaventure, nous partions de plus loin, mais il y a plus de 2 600 personnes qui ont appuyé notre programme. C’est un terreau fertile pour bâtir pour le prochain rendez-vous électoral», souligne M. Landry, qui confirme déjà son intention de porter les couleurs de la formation à François Legault au prochain scrutin dans Bonaventure.

La candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, n’a pas été surprise de voir ses appuis baisser de 4 points par rapport à l’élection partielle de décembre 2011. «Beaucoup de gens m’ont dit qu’ils allaient voter stratégique, alors je m’en attendais», a-t-elle déclaré, avant d’ajouter qu’elle souhaite que ses sympathisants l’appuieront lors de la prochaine lutte électorale.

La solidaire assure que son parti travaillera en collaboration avec le gouvernement minoritaire du Parti québécois pour faire avancer «tout ce qui sera progressiste». Elle se réjouit par ailleurs de l’élection de la co-chef de son parti, Françoise David.

Le candidat d’Option nationale, Louis-Patrick St-Pierre, qui a récolté 1,2 % des votes, s’est dit «super content» de la campagne qu’il a mené. «Nous sommes partis de zéro, alors que je ne pouvais pas demander mieux. Je tiens aussi à féliciter mes adversaires», a-t-il déclaré.

Le jeune politicien a l’intention de poursuivre son travail au sein du nouveau parti politique et souhaite se représenter lors de la prochaine campagne électorale.

Les résultats

Sylvain Roy, Parti québécois : 11 809 voix ; 48,15 %
Damien Arsenault, Parti libéral du Québec : 8 675 voix ; 35,37 %
Jean-Marc Landry, Coalition avenir Québec : 2 766 voix ; 11,28 %
Patricia Chartier, Québec solidaire : 1 277 voix ; 5,21 %
Louis-Patrick St-Pierre, Option nationale : 316 voix ; 1,29 %

Avec la collaboration de Michel Morin

Étiquettes :