• lundi 09 décembre 2019 07 h 28

  • Météo

    -2°C

  • Marées

Actualités

12 novembre 2013 16 h 48

Les nouveaux élus attendus de pied ferme à Mont-Saint-Pierre

Partager

MONT-SAINT-PIERRE – Il y avait foule, lundi, à la première assemblée du conseil municipal de Mont-Saint-Pierre, formée entièrement de nouveaux élus. La séance a tourné en discussions animées autour du projet de Village-Parc-sur-Mer.

« Certains ont dit qu’on était contre le projet de Village-Parc, a spécifié la nouvelle mairesse, Lynda Laflamme, devant la trentaine de citoyens. C’est pas vrai. Il n’est pas question qu’on perde 4 millions de dollars. »

Rappelons que ce projet, qui est géré par la Corporation du Tourisme de Mont-Saint-Pierre, consiste notamment à faire du village un prolongement du parc de la Gaspésie. De 37 millions de dollars, le projet est passé à environ 4 millions de dollars. Il mise maintenant sur la création d’un géoparc.

Devant l’apparence de conflit d’intérêt liée au fait que le coordonnateur de la Corporation du Tourisme, Magella Émond, ait été élu au poste de conseiller municipal, Mme Laflamme a indiqué qu’elle analyserait la situation.

Longue période de questions

Le président de la Corporation du Tourisme, Claude Cloutier, a ouvert la période de questions par une longue intervention en faveur du projet de Village-Parc.

« On dirait que la Corporation du Tourisme et le conseil municipal est mêlé ensemble, a riposté un citoyen. On vient ici pour avoir de l’information sur la municipalité, mais on a de l’information sur la Corporation du Tourisme. »

« Le géoparc de Mont-Saint-Pierre serait le premier au Québec », a défendu le maire sortant, Jean-Sébastien Cloutier, pendant que le conseiller Jacques Mimeault tentait de l’interrompre. Ce dernier a d’ailleurs été le seul élu à exprimer des réserves par rapport au projet. « Ce soir, on dirait que c’est une réunion de la Corporation du Tourisme », a reproché Jacques Mimeault.

Confrontée à son adversaire

La nouvelle mairesse a été confrontée aux questions de son adversaire dans la course à la mairie, Karine Sergerie, qui a perdu par 23 voix. « J’ai entendu dire que les rues et les balcons des personnes âgées seraient déneigés en priorité et qu’il y aurait des bingos d’organisés à chaque semaine », a interrogé la candidate défaite. Lynda Laflamme a tout nié.

L’élue a également dû répondre à des rumeurs voulant qu’elle abolisse les services de police et de pompiers. Encore une fois, la première magistrate a nié. « Je veux aller voir la municipalité de Mont-Louis pour savoir s’il y aurait un moyen de mettre des ressources en commun pour baisser les coûts », a-t-elle cependant souligné. Selon le directeur général de la municipalité, Jérôme Émond, qui est le fils du conseiller Magella Émond, il en coûte de 18 000 à 20 000 $ par année aux contribuables pour ces services. Magella Émond a été maire de la municipalité pendant 16 ans, puis ensuite préfet pendant un mandat.

« On vit un enfer depuis les élections, a laissé tomber Giovanni Mancini, le conjoint de la candidate qui a été battue à la mairie. Certains d’entre vous ne nous regardent plus. Ça a divisé la population. »

Étiquettes :