• dimanche 08 décembre 2019 20 h 57

  • Météo

    -4°C

  • Marées

Actualités

31 août 2012 16 h 22

Maison le Radeau : un manque à gagner de 180 000$

Partager

Le conseil d’administration de la maison de soins de palliatifs Le Radeau à Chandler lance un cri d’alarme aux autorités publiques pour éviter sa fermeture imminente en raison d’un sous-financement.

Cette sortie a été faite conjointement avec des représentantes, des employés, des médecins et des familles, lors d’un point de presse qui s’est récemment tenu à l’hôtel de Ville de Chandler.

Le président du conseil d’administration, Ronald Castilloux, a  laissé entendre que le manque à gagner était de l’ordre de 180 000$ d’argent public en provenance du réseau de la santé afin de financer les six lits de cette résidence fondée en 2006.

Si l’organisme n’obtient pas cette somme, le conseil d’administration devra mettre la clé sous la porte le 14 septembre.  Une situation que le représentant des employés, Gilles Quirion, n’arrive toujours pas à accepter. «Il ne faut pas que ça ferme», a-t-il dit en point de presse  

«On croit à ce projet de soins palliatifs. On y travaille depuis quelques années et on pense que cette ressource à sa place dans la région. Peut-être qu’il faut changer quelque chose. Il faut trouver des solutions», a déclaré de son côté le Dre Isabelle Anamaria, qui travaille à la maison Le Radeau ainsi qu’au département d’hospitalisation du CSSS du Rocher-Percé.

Un cri du cœur

Pour sa part, la représentante des familles, Monique Trotier, a tenu à souligner «qu’il faut une volonté, il faut vouloir que cette maison marche bien. Les patients ont besoin de soutien, ils ont besoin d’amour, ils ont besoin d’une maison où c’est tranquille et où ils peuvent s’éteindre doucement».

Le candidat de la CAQ entre dans le débat

On notera la présence du candidat de la Coalition avenir Québec dans Bonaventure, Jean-Marc Landry qui, lors du point de presse, a tenu à donner son appui à la démarche du conseil d’administration du Radeau qui emploie neuf personnes sur une base annuelle et qui a logé plus de 150 patients à ce jour. M. Landry, se dit «choqué» de «l’incapacité» des autres candidats à se positionner sur ce sujet.  

À lire aussi

Maison le Radeau : des médecins regrettent sa fermeture