• jeudi 05 décembre 2019 09 h 28

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

20 mai 2014 9 h 00

New Richmond : moins de déficit mais une dette en hausse

Partager

NEW RICHMOND – Le déficit annuel de la Ville de New Richmond se comprime plus vite que prévu, mais sa dette totale augmentera encore en 2014, pour une somme indéterminée, mais qui n’inquiète pas le conseil municipal.

La municipalité avait été obligée d’établir un plan de redressement de cinq ans, couvrant les années budgétaires 2010 à 2014 inclusivement, une conséquence de la fermeture de la cartonnerie Smurfit-Stone en 2005 et d’une dévaluation rétroactive de l’usine, suite à un litige entre l’administration municipale et la firme.
 
Le manque à gagner dépassait 1,4 M$. Selon le plan établi en 2010, le déficit de l’année 2013 aurait dû se situer à 220 000 $. Il a été de 178 039 $, c’est-à-dire 42 000 $ de moins.
 
« En 2014, le déficit anticipé devait être de 57 000 $. On devrait avoir l’équilibre, si on n’a pas de problème majeur demandant une sortie de fonds pas prévue », explique le maire Éric Dubé.
 
La dette à long terme de la Ville de New Richmond s’est établie à près de 11 M$ en 2013, soit 575 000 $ de plus que les prévisions. En 2014, la dette prévue est de 10 M$, mais elle sera assurément plus élevée que ce montant, et pourrait aussi dépasser le seuil de 2013, selon Daniel Berthelot, de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, qui a présenté mercredi les états financiers consolidés de la Ville de New Richmond.
 
Ces chiffres ne tiennent pas en compte l’ensemble des montants à la charge de la Ville de New Richmond, qui s’élèvent à 32 M$. Selon les nouvelles règles comptables imposées par le gouvernement du Québec, ce montant doit englober les dettes de toutes les sociétés créées par la Ville.
 
Cette somme, qui semble astronomique pour une ville de 4 000 habitants, tient aussi compte de tous les éléments de dette associés à l’administration municipale. C’est donc dire que les 19,4 M$ que l’État québécois doit à la Ville de New Richmond sont inclus dans ce solde. Ce montant comprend notamment les travaux réalisés sur le boulevard Perron au cours des dernières années.
 
La somme inclut aussi les 1,6 M$ de dette à long terme de la Société de développement économique de New Richmond, notamment propriétaire du motel industriel. Il s’agit en grande partie du paiement hypothécaire lié au motel industriel, montant qui se rembourse à même les revenus des locataires. La Société a même déclaré un surplus de 14 000 $ en 2013.
 
Ce que la dette à long terme de la Ville de New Richmond n’inclut pas encore, ce sont les sommes pour lesquelles elle s’est portée garante au nom de la Corporation de développement touristique de New Richmond et du Parc régional de la Petite-Cascapédia, qui gère le centre de ski Pin rouge.
 
La Corporation de développement touristique était responsable de l’organisation du Festival d’été de Québec à New Richmond. Après le dernier festival, en 2012, il était connu que le manque à gagner des trois événements tenus de 2010 à 2012 était d’environ 400 000 $.
 
Lors de la présentation des résultats financiers de la Ville, le maire Dubé a précisé qu’une somme de 150 000 $ avait aussi été avancée par l’administration municipale. Le résultat, c’est que la Corporation de développement économique doit maintenant 598 937 $ à ses créanciers, en l’occurrence la Ville et les Caisses Desjardins.
 
« On est en train de négocier un protocole de remboursement avec la Fédération des caisses », précise M. Dubé.
 
Le cas de Pin rouge est un peu différent, mais il va dans le même sens. Dans les livres, le Parc régional de la Petite-Cascapédia doit 1,9 M$ à long terme, une somme qui sera soumise à des ajustements au cours des prochains mois puisque des charges et des subventions restent à intégrer. Pour le moment, seule une somme de 227 225 $ attribuables à Pin rouge est comprise dans les 32,16 M$ de dette à long terme de la Ville.
« Pour le moment, la dette de Pin rouge est dans un “compte-projet”. C’est pour ça que sa dette n’apparaît pas complètement dans les livres de la Ville. Dans le courant de 2014, elle sera transférée. On figure 2,2 M$ (…) Si on est optimiste et qu’on reçoit une subvention plus élevée de Québec, ce pourrait être 2 M$ », explique le maire.
 
En janvier, la Ville de New Richmond a voté en faveur d’une subvention annuelle de 150 000 $ pour les 25 prochaines années, au bénéfice du Parc régional.
 
« Toutefois, si le Parc présente de bons résultats une année, nous pourrons diminuer la subvention. C’est notre intention de maximiser les revenus pour le parc », assure Éric Dubé.